Banque

Plan de développement au Burkina : Afreximbank promet 1,5 milliard de dollars

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 20 février 2017 à 10h33
La zone industrielle de Bobo Dioulasso.

La zone industrielle de Bobo Dioulasso. © Sophie Garcia | hanslucas.com pour JA

Le président de la Banque africaine d’import-export s’est rendu à Ouagadougou la semaine dernière pour apporter le soutien d’Afreximbank au Plan national de développement économique et social 2016-2020, mené par le président Roch Marc Christian Kaboré.

À Ouagadougou, où il a rencontré le président Kaboré et le Premier ministre Paul Kaba Thieba, Benedict Oramah a indiqué qu’Afreximbank était disposé à injecter 1,5 milliard de dollars (1,39 milliard d’euros) en appui à 15 projets du Plan national de développement économique et social (PNDES), notamment dans les infrastructures de télécommunication, les énergies renouvelables et la transformation des matières premières locales.

Interrogé par Jeune Afrique Business+, Benedict Oramah a dévoilé un pan du programme d’expansion du portefeuille de prêts d’Afreximbank. Dans le cadre de son plan stratégique « Impact 2021 », l’institution panafricaine entend décaisser 90 milliards de dollars de financement en cinq ans, pour soutenir le commerce et le développement du continent, soit bien plus que durant la période 1994-2016 (41 milliards de dollars).

2017-01-16

En décembre, le Burkina s’était vu promettre 12,2 milliards d’euros de la part de bailleurs de fonds tels que le FMI et la Banque mondiale pour le financement de son du PNDES qu’il avait adopté en mai.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte