Société

Football : selon vous, quel pays devrait être choisi pour accueillir la CAN 2015 ?

Mis à jour le 12 novembre 2014 à 18:44

Depuis l’officialisation de la décision de ne pas jouer la CAN 2015 au Maroc, les rumeurs vont bon train. On évoque le Gabon, le Nigeria ou encore la Guinée équatoriale, qui tiendrait la corde. Mais la compétition pourrait même se jouer pour la première fois hors du continent africain, au Qatar.

Difficile de s’y retrouver, mercredi 12 novembre, au lendemain de l’annonce de la décision de la Confédération africaine de football (CAF) de retirer l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2015 au Maroc. Si le royaume chérifien est hors course, la compétition est loin d’avoir trouvé son nouvel hôte.

>> Lire aussi : "Le Maroc refuse officiellement d’accueillir la CAN 2015, son équipe est sanctionnée"

L’Afrique du Sud, qui dispose des infrastructures, n’est pas emballée par le projet et ce sont logiquement les deux derniers organisateurs de la compétition qui font figure de favoris. Le Gabon, d’abord, chez qui l’édition 2012 s’était bien déroulée. Problème : il semblerait que les stades n’aient pas été entretenus. Et ils sont de toute façon en trop faible nombre pour soutenir à eux-seuls le poids d’un tel tournoi.

Reste la Guinée équatorial, qui avait co-organisé avec le Gabon l’édition 2012. Avec les moyens du pouvoir en place, nul doute que le pays saurait être prêt en termes de qualité des infrastructures. Toutefois, c’est une nouvelle fois en quantité que cela pêche. On voit en effet mal la Guinée équatoriale accueillir seule l’édition 2015, sans le concours de son voisin gabonais. Et jouer l’édition 2015 dans des conditions exactement similaires à celles de 2012 n’a pas forcément de quoi séduire.

Si le Nigeria, le Soudan, l’Angola ou l’Égypte ont également été évoqués dans les médias, ces hypothèses restent très peu probables, notamment pour des raisons sécuritaires.

>> Lire aussi : "CAN 2015 : les groupes et le calendrier des éliminatoires"

Dès lors, la possibilité de délocaliser la compétition revient avec insistance. Si le quotidien L’Équipe va jusqu’à proposer la France, qui préparerait ainsi l’Euro 2016, ou le Brésil, qui utiliserait ses installations de la Coupe du monde, c’est bien le Qatar qui est le plus fréquemment cité.

Même si le pays hôte du Mondial 2022 est déjà très contesté, cela lui permettrait aussi d’effectuer une répétition générale avant la Coupe du monde. Néanmoins cela représenterait un véritable camouflet pour le continent. Le vice-président de la Fédération qatarienne de football, Saïd al-Mouhannadi, a toutefois affirmé que présenter le Qatar, un pays non africain n’avait "pas de sens".

_________________

Par Mathieu OLIVIER