Justice

Niger : le procès pour suspicion de trafic de bébés est reporté au 13 mars

Hama Amadou, à Paris, le 15 septembre 2015. © Vincent Fournier/J.A.

Le procès pour suspicion de trafic international de bébés, dans lequel serait impliqué Hama Amadou, a été reporté au 13 mars à la demande des avocats des prévenus, peu après son ouverture lundi à Niamey.

« La Cour a fait droit à notre demande et a renvoyé le dossier au 13 mars », a déclaré Ali Kadri, un des avocats de la défense. « Nous n’avons pas encore reçu les réquisitions du procureur général » et « tant que nous n’avons pas reçu ses réquisitions écrites (…) nous ne pouvons pas, au stade actuel, plaider le dossier », a expliqué l’avocat.

L’ancien Premier ministre Hama Amadou, aujourd’hui opposant numéro 1 à Mahamadou Issoufou, est poursuivi pour une affaire de trafic d’enfants, conçus au Nigeria puis amenés au Niger via le Bénin, dans laquelle une vingtaine de personnes sont impliquées. Parmi elles, un ex-ministre, des banquiers, des hommes d’affaires, un officier de l’armée, ainsi que leurs épouses… mais seul Hama Amadou était absent du box des accusés.

Ces derniers sont poursuivis pour « supposition d’enfants », un délit consistant à attribuer la maternité d’un enfant à une femme qui ne l’a pas mis au monde. Tous ont été emprisonnés, avant d’être remis en liberté conditionnelle. Hama Amadou a lui-même bénéficié de cette décision et vit actuellement en exil en France.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte