Société

Infographies : à la rencontre de ces Français enfants d’immigrés

Mis à jour le 25 octobre 2021 à 15:48

Selon l’Insee, 45% des enfants d’immigrés sont d’origine européenne et 42% d’origine africaine. © tangi bertin/Flickr

L’étude de l’Insee sur les descendants de parents immigrés fait le portrait de cette deuxième génération, à partir des chiffres de l’emploi et du recensement de l’année 2015. Une population jeune, urbaine et en majorité d’origine européenne,

À l’approche de l’élection présidentielle, les débats sur la place des étrangers ou de leurs descendants enflamment les discours des candidats. L’étude menée par Jean-Luc Tavernier, « Être né en France d’un parent immigré« , publiée par l’Insee le 8 février, permet de faire le point sur certaines réalités de l’immigration en France, qui suscite toujours autant de fantasmes que de manipulations.

  • 11% des français ont un parent immigré

Selon l’étude, plus d’un français sur dix est directement issu d’une famille immigrée. Autrement dit, 7,3 millions de citoyens français, nés en France, ont un ou deux parents qui sont venus de l’étranger pour résider dans le pays. Et parmi les enfants d’immigrés, 47% ont des origines européennes, notamment italienne, espagnole ou portugaise. Si l’on ajoute les personnes d’origine asiatique, cela porte ce chiffre à 56%. Contrairement aux idées reçues véhiculées par les tenants de « l’invasion » ou du « grand remplacement », ils sont donc seulement une minorité (42%) à être issu de l’immigration africaine : 31 % du Maghreb et 11% d’Afrique subsaharienne (soit dans ce dernier cas 800 000 personnes).

 

  • La moitié a moins de 25 ans

Les enfants d’immigrés sont plus jeunes que la moyenne : 47% ont moins de 25 ans contre 30% pour la population sans lien avec l’immigration. Ceux d’origine européenne figurent parmi les plus âgés, en moyenne. Les vagues migratoires espagnoles, italiennes et portugaises se rapportent à une histoire plus ancienne, du temps de l’entre deux guerre, ce qui explique le décalage générationnel avec les français d’origine africaine notamment. La palme de la jeunesse est remportée par ceux d’origine subsaharienne : 8 sur 10 ont moins de 25 ans, contre 6 sur 10 pour ceux d’origine maghrébine.

Si la démographie de la France est vieillissante, elle reste dynamique grâce notamment à la jeunesse des Français issus de l’immigration. Une population plus jeune, donc, mais aussi plus urbaine que la moyenne.

  • 30% vit en région parisienne

La région de la capitale reste le lieu de prédilection pour beaucoup de Français d’origine subsaharienne en particulier : 56% d’entre eux vivent en Île-de-France alors que les descendants d’origine maghrébine sont seulement un tiers à Paris, et sont davantage répartis dans le sud est de la France.

Mais l’étude révèle aussi un léger phénomène de déconcentration géographique des enfants par rapport à leurs parents immigrés. Petit à petit la deuxième génération se détache de la région parisienne, même si les campagnes ne séduisent pour l’instant qu’une minorité d’entre eux (11%).