Dossier

Cet article est issu du dossier «La Guinée reprend des couleurs»

Voir tout le sommaire
Société

Reconnaissance sociale : la jeunesse guinéenne, pas prophète en son pays ?

L'affiche de l'émission "L'Afrique a un incroyable talent" qui s'est achevée le 16 décembre dernier. © DR

De nombreux jeunes Guinéens ont été distingués ces dernières semaines dans divers concours internationaux. Mais ces talents qui hissent haut les couleurs nationales ne semblent pas suffisamment reconnus dans leur propre pays.

À Abidjan, les Guinéens viennent d’enregistrer un double succès. Le plus récent date du 3 février, quand une équipe de six étudiants guinéens d’universités publiques et privées ont gagné à Abidjan le premier prix de la première édition du concours sous-régional « Voix des jeunes », devant leurs camarades sénégalais et ivoiriens.

Juste avant eux, les « Frères Sylla » de la troupe « Tinafan », un centre de réinsertion d’enfants en situation difficile qui dépend du Centre d’art acrobatique Keita Fodéba de Guinée, remportaient au même endroit, le 16 décembre, le concours « L’Afrique a un incroyable talent », organisé par la chaîne de télé A+ devant 200 participants africains francophones et un jury conquis composé de Claudia Tagbo, Angélique Kidjo et Faly Ipupa. Avec à la clé un prix de dix millions de F CFA qui fait du bien à ces deux jeunes de 25 et de 28 ans, actuellement en tournée aux États-Unis, selon leur manager, Joseph Camara dit Joe Festi.

Doublé sur RFI

Auparavant, en novembre, le chanteur de R&B Soul Bang’s, ramenait le prix découvertes RFI, tandis que son compatriote, Kandia Kora, se classait troisième derrière le Haïtien Atis Constant. Soul qui se voit récompenser pour sa capacité à concilier musique urbaine et rythmes traditionnels succédait, à 24 ans, à son aînée Sia Tolno, lauréate du même prix en 2011. Pour la version théâtre du prix RFI, c’est un autre Guinéen, Hakim Bah, 29 ans, qui s’était vu récompenser, le 25 septembre 2016, pour son œuvre Convulsions. Mais ce n’est pas tout.

Le 7 novembre 2016, François Hollande remettait à dix lauréats le prix de la seconde édition du concours « La France s’engage au Sud ». Parmi les heureux récipiendaires, encore un Guinéen : Aguibou Barry, alias Barry Fapel, pour avoir mis sur pied en 2002 une pompe à eau à piston alternatif, enregistrée à l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). Son invention a l’avantage de réduire les maladies d’origine hydrique, de diminuer les corvées d’eau chez notamment les femmes et de faciliter l’irrigation pour les petits exploitants agricoles. On en dénombre environ 1 500 commercialisées en Guinée et 500 dans toute la sous-région.

Le Guinéen est très intelligent, c’est l’appui qui nous manque

On pourrait poursuivre la liste de ces Guinéens connus ou anonymes qui font des choses extraordinaires au quotidien, dans des conditions difficiles, sans véritable structure d’appui ni promotion publique. Comme le souligne Barry Fapel : « Le Guinéen est très intelligent, c’est l’appui qui nous manque. Si l’État organisait chaque année un salon de l’invention pour encourager les chercheurs, croyez-moi, on pourrait arriver à faire de la Guinée un pays émergent ».

« Nous avons souvent le complexe de valoriser des compatriotes qui réalisent de prouesse. On n’aime pas nos modèles alors qu’on les aurait admirés et encouragés s’ils venaient d’ailleurs. C’est un vilain défaut », constate Fodé Sanikayi Kouyaté, le président de l’Association des blogueurs de Guinée (Ablogui). Même son de cloche chez Abdourahim Diallo, opérateur culturel. « Nos héros ne sont pas suffisamment célébrés. En Guinée, on est dans ce que j’appelle le déni de repère. On ne permet pas aux jeunes d’avoir des figures en qui ils peuvent s’identifier. On préfère promouvoir les médiocres et les paresseux ».

Faire avancer la culture guinéenne

Des critiques que relativise une source proche de la cellule de communication du gouvernement, justifiant que la plupart des lauréats ci-dessus ont été reçus et félicités par le ministre de tutelle. À leur retour d’Abidjan, les Frères Sylla « avaient été reçus par le ministre de la Culture, Siaka Barry, qui a promis de visiter le siège de notre association Tinafan », confirme leur manager, Joseph Camara. Ce à quoi n’a pas eu droit, toutefois, le lauréat du Prix découvertes RFI, Soul Bang’s. « Je n’ai eu droit à aucun soutien, aucune mesure d’accompagnement. Je crois que c’est le ministre de la Culture qui a organisé une conférence de presse pour me féliciter ».

L’artiste compte profiter du concert-dédicace de son nouvel album Cosmopolite prévu le 12 février prochain sur l’esplanade du Palais du peuple, à Conakry, pour célébrer au-delà de son prix, tous les autres gagnés par ses compatriotes ces derniers temps. Histoire de « prouver au monde qu’en Guinée, il y a des talents. Malgré le fait qu’on n’est pas soutenu, on s’aime. On va se donner la main pour faire avancer la culture guinéenne. Ce concert sera l’occasion de fêter toutes les victoires de la culture guinéenne ».

Lire les autres articles du dossier

«La Guinée reprend des couleurs»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte