Politique

Mali : deux suspects arrêtés après le rapt d’une religieuse colombienne dans le Sud

Les recherches pour tenter de retrouver la religieuse colombienne, Gloria Cecilia Narvaez Argoti, enlevée dans la nuit de mardi à mercredi par des hommes armés présumés jihadistes, dans le sud du Mali, ont conduit à l’arrestation de deux suspects maliens.

Par
Mis à jour le 8 février 2017 à 20:28

Un soldat malien à Gao, le 7 février 2013. © Jerome Delay/AP/SIPA

« L’armée malienne a engagé une poursuite » contre les ravisseurs après le rapt, a dit à l’AFP une source sécuritaire jointe à Koutial qui précise que deux suspect maliens ont été arrêtés. Les « ravisseurs et l’otage ont pris la direction de Kouri, vers la frontière du Burkina Faso. Nous avons prévenu les forces de sécurité du Burkina Faso », a-t-elle ajouté.

Après le rapt, « les ravisseurs seraient repartis en direction du Burkina » voisin, avait précédemment assuré à l’agence de presse une autre source de sécurité burkinabè.

La religieuse franciscaine, dont l’âge n’a pas été révélé, s’appelle Gloria Cecilia Narvaez Argoti, selon les autorités colombiennes. Elle a été enlevée dans la nuit du mardi 7 février,  dans le sud du Mali, près de Koutiala, par des hommes armés », a affirmé une autre source de sécurité malienne. Koutiala est à 400 km à l’est de la capitale Bamako.

Le rapt a été mené par « quatre hommes » qui « ont crié » au moment de l’opération « qu’ils étaient des jihadistes », a indiqué la source de sécurité malienne de l’AFP. L’enlèvement n’avait pas été revendiqué ce mercredi 8 février.

Le véhicule retrouvé

Le rapt avait été annoncé par un élu de Koutiala. La religieuse a été enlevée par des hommes armés qui sont partis avec elle dans un véhicule de la congrégation religieuse pour laquelle elle travaillait, a indiqué cet élu local.

Ce véhicule est une « ambulance de la paroisse » à laquelle appartient la sœur colombienne, a poursuivi la source de sécurité à Koutialia. « Les auteurs du rapt (y) ont jeté dans un premier temps la religieuse » et cela « a conduit à leur arrestation », a t-elle ajouté, sans plus de détail.

La religieuse appartient aux franciscaines de l’Immaculée Conception et a été enlevée dans la paroisse de Karangasso, a de son côté confirmé mercredi 8 février l’agence de presse des missions catholiques Fides.

Les évêques sont mobilisés « pour obtenir des informations », a déclaré le secrétaire général de la conférence épiscopale du Mali, Edmond Dembélé, cité par l’agence Fides, sans plus de détail.