Sécurité

Côte d’Ivoire : le gouvernement condamne le mouvement d’humeur des forces spéciales à Adiaké

Un militaire ivoirien dans le quartier de Cocody, à Abidjan, le 6 août 2012.

Un militaire ivoirien dans le quartier de Cocody, à Abidjan, le 6 août 2012. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

Le gouvernement ivoirien a condamné ce mercredi la mutinerie des militaires des Forces spéciales basés à Adiaké (90 km à l’est d’Abidjan), où un calme « très précaire » est revenu dans la journée. Il a aussi assuré avoir « entamé des discussions » avec les mutins.

« Le gouvernement […] condamne et déplore ces formes violentes de revendication », a plus précisément déclaré le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, mercredi 8 février à l’issue du conseil des ministres, évoquant « une attitude malheureusement récurrente ces derniers temps ».

« Le gouvernement a immédiatement entamé les discussions avec les soldats concernés », a-t-il néanmoins ajouté.

Ce mercredi, comme ils l’avaient déjà fait la veille, des militaires des Forces spéciales basés à Adiaké, siège d’une importante base militaire à une trentaine de km de la frontière avec le Ghana, sont à nouveau sortis dans les rues en tirant en l’air pour « réclamer des primes ».

Selon Bruno Koné, deux personnes auraient été blessées après ces tirs en l’air. Leurs frais médicaux seront pris en charge par l’État.

Les habitants d’Adiaké reclus chez eux

« Les tirs ont repris. Aujourd’hui, jour de marché, ils ont demandé aux femmes du marché de rentrer à la maison. C’est la psychose, tout le monde est terré chez soi », racontaient mercredi matin des habitants d’Adiaké, joints au téléphone par l’AFP depuis Abidjan.

En début d’après-midi « les tirs ont cessé, mais les rues sont […] désespérément vides », a indiqué un habitant à l’agence de presse, évoquant « un calme très précaire » et affirmant que « les mutins disent attendre […] pour remettre le couvert si rien n’est décidé ».

La veille, mardi 7 février, d’abord cantonnés dans leur caserne, les mutins étaient sortis dans la ville plus tard dans la journée, établissant des barrages et intimant l’ordre aux habitants de rentrer chez eux.

Au sein de l’armée ivoirienne, les forces spéciales bénéficient d’un statut spécial, chaque élément étant régi par un arrêté personnalisé qui lui accorde des prérogatives et des primes payées directement par la présidence de la République ou par l’Intendance.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte