Politique

Tunisie : Mehdi Jomâa confirme son retour sur la scène politique

Mehdi Jomâa, en octobre 2015, à Paris, en France.

Mehdi Jomâa, en octobre 2015, à Paris, en France. © Michel Euler/AP/SIPA

Sans grande pompe ni ramdam médiatique, Mehdi Jomâa a évoqué ce dimanche à Monastir la formation d’un nouveau parti politique.

« Les gens ont compris que ceux qui parlaient le plus fort étaient souvent ceux qui avaient le moins de solutions à proposer », expliquait en décembre l’ex-Chef du gouvernement dans un entretien accordé à Jeune Afrique. À cette occasion, il estimait aussi que « le divorce entre les Tunisiens et les partis politiques est réel, mais pas irréversible ».

À la tête du gouvernement entre janvier 2014 et janvier 2015, sans affiliation politique, il avait transmis le flambeau à Habib Essid en envisageant de se tourner vers le privé. Mais l’appel du pays, encore en proie à des défis sécuritaires et économiques, fut semble-t-il plus fort.

En pleine tournée régionale, après un passage à Tataouine puis à Sousse, Mehdi Jomâa s’est exprimé le 5 février à Monastir, devant plus de 400 personnes représentant les secteurs politique, économique et civil de la région. Des déplacements sur le terrain qu’il juge « indispensables si l’on veut comprendre les vraies attentes des gens et ne pas les trahir ».

Un nouveau mouvement politique

En marge de ce meeting à Monastir, il a confirmé à l’agence TAP sa volonté de lancer un nouveau mouvement politique fondé sur « une approche populaire et participative », avec « une vision claire pour le pays ». Objectifs : contribuer à l’amélioration des conditions de vie des Tunisiens et « consolider la place et le rayonnement de la Tunisie sur la scène régionale et internationale ».

Un projet qu’il avait déjà commencé à dévoiler un mois plus tôt à Jeune Afrique, en hésitant encore entre « un parti, au sens classique, ou […] un rassemblement ». Et en évitant toute précipitation.

« Ma prise de conscience remonte au mois de mai 2015, lorsque j’ai vu le pays dans l’ornière et que j’ai compris que le gouvernement actuel avançait sans cap bien défini », avait-il confié un peu plus tôt encore, en avril.

À Monastir, il a rappelé les « nombreuses compétences » dont regorge la Tunisie et qui attendent d’être exploitées. Ce qui requiert, selon lui, « l’engagement de réformes profondes, l’investissement dans le capital humain et la formation des jeunes ».

Une belle cote de popularité

Malgré sa discrétion, sa personnalité et son travail séduisent encore. Une popularité également renforcée par le discrédit qui frappe actuellement la classe politique du pays.

D’après le sondage annuel du cabinet Sigma Conseil, mené en janvier 2017, Mehdi Jomâa arrive en septième position des intentions de vote à la présidentielle. Et sur les trois derniers gouvernements, le sien a été jugé le plus « positif » à 79% au cours des 100 premiers jours − devant les gouvernements Chahed (52%) et Essid (40%).

En avril 2016, l’ingénieur de formation officialisait la création de son think tank « multidisciplinaire, à but non lucratif, indépendant et non partisan » appelé Tunisie Alternatives. Comprenant pas moins de huit anciens ministres de l’ancien gouvernement Jomâa, ce laboratoire d’idées vise à « doter la Tunisie d’un projet de société répondant aux aspirations de sa population et de sa jeunesse ».

Et maintenant, voici le mouvement politique qui en découle. Avec en vue, l’élection présidentielle de 2019 ? Tout porte à croire que oui, du timing de l’annonce aux valeurs énoncées. Parmi elles, une fondamentale à ses yeux : « En politique on vient pour servir l’État, non pour se servir. »

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte