Politique

Burkina : le président Michel Kafando prête serment « avec beaucoup d’humilité »

Michel Kafando, le président de transition burkinabè, a prêté serment mardi à Ouagadougou. Il a déclaré prendre ses fonctions « avec beaucoup d’humilité », se disant « conscient » que le pouvoir qu’il détiendra jusqu’aux élections de novembre 2015 « appartient au peuple ».

Par
Mis à jour le 18 novembre 2014 à 14:36

Michel Kafando le lundi 17 novembre 2014 à Ouagadougou. © AFP

Après avoir prêté serment, mardi 18 novembre, à Ouagadougou, le président de transition Michel Kafando a fait une courte déclaration. "Je reçois cette charge avec beaucoup d’honneur mais aussi avec beaucoup d’humilité, l’humilité de quelqu’un qui n’est là que pour une période transitoire, l’humilité de quelqu’un qui est conscient que le pouvoir qu’il détient appartient au peuple", a-t-il observé, en référence au peuple qui a renversé le président Blaise Compaoré le 31 octobre après 27 années de règne.

>> Lire aussi Burkina : le récit de la chute de Compaoré, heure par heure

L’exercice du pouvoir "ne doit souffrir d’aucun abus, aucun excès", a affirmé Michel Kafando rappelant l’attachement "hautement respectueux" des autorités intérimaires à la Constitution et à la charte de transition, qui définit les institutions temporaires du pays. "Notre pays ne saurait être une république bananière", a-t-il lancé devant plusieurs centaines de personnes, dont le lieutenant-colonel Isaac Zida, qui a pris le pouvoir à la chute de Blaise Compaoré et qui doit le transmettre symboliquement à Michel Kafando lors d’une cérémonie de passation vendredi.

Figure de la diplomatie burkinabè

"À partir de la douloureuse expérience que nous venons de vivre, (…) nous avons les yeux ouverts, la jeunesse burkinabè a les yeux ouverts, les femmes burkinabè ont les yeux ouverts et plus rien ne sera comme avant s’agissant du respect scrupuleux de l’ordonnancement politico-juridique de notre pays", a prévenu le chef de la transition.

Figure de la diplomatie nationale, Michel Kafando, 72 ans, a été ambassadeur de Haute-Volta (l’ancien nom du pays) puis du Burkina Faso auprès des Nations unies, respectivement en 1981-1982 et 1998-2011. Il a également été ministre des Affaires étrangères dans plusieurs gouvernements entre 1982 et 1983.

(Avec AFP)