Société

Québec : une mosquée profanée pendant les funérailles des victimes de la fusillade du 30 janvier

Une vitre a été brisée et des œufs jetés sur la façade d’une mosquée de Montréal jeudi, le jour des funérailles des victimes de la fusillade du 30 janvier.

Par
Mis à jour le 3 février 2017 à 11:11

De droite à gauche, le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, celui du Québec, Philippe Couillard et le maire de Québec, Denis Coderre rendent hommage à trois des six victimes de la fusillade de dimanche dans une mosquée. © Paul Chiasson/AP/SIPA

L’édifice religieux a été vandalisé quelques heures avant que les responsables politiques et des milliers de personnes affichent, lors des funérailles de musulmans tués dimanche à Québec, l’unité du Canada face à l’intolérance.

La mosquée en question, la Khadijah, se situe dans un quartier au sud-ouest du centre de Montréal, a indiqué le député Marc Miller. « C’est un acte exécrable que je condamne », a déclaré à l’AFP le député qui avait assisté un peu plus tôt à la cérémonie en hommage à trois des six victimes de la fusillade. Tous les responsables politiques ont appelé jeudi à l’unité nationale.

Une surveillance accrue des lieux de culte

Depuis cette tuerie, la police avait renforcé la surveillance aux abords des mosquées dans les grandes villes canadiennes. « Comme tous les lieux de culte », les mosquées font l’objet d’une surveillance accrue, mais tous les endroits ne peuvent pas être constamment surveillés par les forces de l’ordre, souligne Marc Miller.

Des graffitis ont été peints sur le bas des murs ces derniers jours et, jeudi à l’ouverture de la mosquée, le gardien a découvert les actes de vandalisme, selon les médias locaux.

Lors d’une conférence de presse à l’issue des funérailles, le maire de Montréal Denis Coderre a estimé que la cérémonie avait « été un moment important et historique » en envoyant « un message fort (…) que nous pouvons être égaux et différents à la fois ».