Politique

Blaise Compaoré a quitté la Côte d’Ivoire pour le Maroc

| Par Jeune Afrique
Blaise Compaoré avait démissionné le 31 octobre 2014.

Blaise Compaoré avait démissionné le 31 octobre 2014. © AFP

L’ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s’exiler en Côte d’Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.

Mis à jour le 21/11/2014 à 8h15.

Accompagné de sa femme Chantal et de membres de sa famille, Blaise Compaoré a quitté jeudi 20 novembre la Côte d’Ivoire, où il était en exil depuis sa démission, le 31 octobre, pour rejoindre le Maroc. L’ancien chef de l’État burkinabè et ses proches ont quitté dans l’après-midi Yamoussoukro, où ils se trouvaient depuis trois semaines, à bord d’un avion affrété spécialement – sans que l’on sache si l’appareil appartenait à la Côte d’Ivoire, au Maroc ou s’il s’agissait d’un jet privé.

>> Lire aussi Burkina : le récit de la chute de Compaoré, heure par heure

Selon une source à la présidence ivoirienne, le départ de l’ex-président du Faso n’est pas définitif, Blaise Compaoré étant "amené à revenir". De leur côté, les autorités marocaines n’ont, pour l’heure, fait aucun commentaire. Le roi du Maroc a en revanche adressé jeudi un "message de félicitations" au président intérimaire, Michel Kafando, au surlendemain de sa prestation de serment. "Votre désignation (…) répond à la volonté du peuple du Burkina Faso d’aller de l’avant sur la voie de la consolidation de la démocratie", a déclaré Mohammed VI, selon l’agence officielle MAP.

Le souverain a par la même exprimé le "soutien constant du Maroc" et réaffirmé sa "ferme détermination à œuvrer, de concert avec M. Kafando, pour conférer une dynamique renouvelée aux relations de coopération fructueuse et de solidarité agissante".

De bonnes relations avec les Marocains

Blaise Compaoré a été chassé le 31 octobre par la rue après 27 années de règne pour avoir voulu réviser la Constitution afin de se maintenir au pouvoir. Le jour de sa démission, il avait été exfiltré du Burkina Faso vers Yamoussoukro grâce à des moyens militaires français. Il est réputé avoir de bonnes relations avec les autorités marocaines.

Sa présence en Côte d’Ivoire avait été considérée par Abidjan comme une "évidence" à son arrivée. Mais elle faisait polémique du fait de son action très controversée durant la décennie de crise politico-militaire ivoirienne (2002-2011). Pour les partisans de l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara, Blaise Compaoré est un "faiseur de paix" car il parraina les accords de paix de Ouagadougou de 2007. À l’inverse, il est détesté par les soutiens de Laurent Gbagbo, pour lesquels il est celui ayant armé et formé la rébellion qui tenta un coup d’État contre l’ancien président en 2002, provoquant une durable partition du pays. "Il y avait beaucoup de rumeurs liées à sa présence en Côte d’Ivoire, a souligné une source sécuritaire. À ce niveau-là, son départ va faire du bien". 

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte