Sécurité

Allemagne : arrestation d’un Tunisien suspecté d’avoir joué un rôle dans l’attaque du musée du Bardo

| Par Jeune Afrique avec AFP
Des policiers allemands lors du vaste coup de filet antiterroriste organisé dans plusieurs villes près de Francfort le 1er février 2017.

Des policiers allemands lors du vaste coup de filet antiterroriste organisé dans plusieurs villes près de Francfort le 1er février 2017. © Michael Probst/AP/SIPA

Un ressortissant tunisien a été arrêté mercredi 1er février par la police allemande, qui le suspectait de vouloir préparer un attentat. Il était recherché en Tunisie pour son rôle présumé dans les attaques du musée du Bardo et de la ville de Ben Guerdane.

En Tunisie, le suspect « fait l’objet d’une enquête pour sa participation à la planification et à la mise en oeuvre de l’attentat du musée du Bardo le 18 mars 2015 et de l’attaque contre la ville tunisienne frontalière (de la Libye) de Ben Guerdane début mars 2016 », a indiqué le parquet de Hesse dans un communiqué, accusant l’individu de 36 ans d’agir pour le compte du groupe État islamique.

Plus de 1 000 policiers mobilisés

Le suspect a été arrêté lors d’un vaste coup de filet nocturne organisé par la police allemande dans plusieurs villes proches de Francfort. Plus de 1 000 policiers avaient été mobilisés pour conduire des perquisitions dans 54 appartements, locaux ou mosquées.

Les autorités allemandes le soupçonnent d’avoir recruté et dirigé une cellule de 16 personnes, « un réseau destiné à perpétrer une attaque en Allemagne (…) mais qui a été démantelé à un stade précoce sans qu’une cible particulière n’ait encore pu être choisie », précise le parquet allemand. Le ministre de l’Intérieur de l’État de Hesse, Peter Beuth, s’est félicité du démantèlement d’une cellule qui représentait « une menace imminente ».

Des arrestations à Berlin

Mardi soir, à Berlin, trois personnes âgées de 21, 31 et 45 ans, et soupçonnées d’avoir « projeté de rejoindre des zones de guerre », sans doute la Syrie ou l’Irak, ont également été arrêtées, selon un porte-parole de la police locale.

Ces trois personnes ont en outre fréquenté une mosquée salafiste où se rendait également régulièrement Anis Amri, l’auteur présumé de l’attentat au camion bélier le 19 décembre 2016 contre un marché de Noël à Berlin, a confirmé la police berlinoise.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer