Sport

CAN 2017 – Patrice Neveu : « La RDC a laissé passer sa chance en première période »

| Par
Patrice neveu, alors sélectionneur de l'équipe de Haïti, le 4 juin 2016 à Seattle, aux États-Unis.

Patrice neveu, alors sélectionneur de l'équipe de Haïti, le 4 juin 2016 à Seattle, aux États-Unis. © Ted S. Warren/AP/SIPA

On refait le match – Le Ghana a mis fin aux espoirs de la RD Congo dimanche à Oyem (2-1). Patrice neveu, l’ex-sélectionneur des Léopards, estime que son ancienne équipe a sans doute laissé passer sa chance en première mi-temps.

Jeune Afrique : C’est une tendance lourde lors des quarts de finale : les équipes qui dominent ne sont pas forcément celles qui se qualifient. On l’a vu avec la RD Congo dimanche…

Patrice Neveu : Oui, même si le match s’est équilibré. La RD Congo a dominé la première période, le Ghana la seconde. Je ne sais pas ce qu’il serait advenu de ce quart de finale si Dieumerci Mbokani n’avait pas trouvé le poteau en début de rencontre, car cela aurait pu changer beaucoup de choses. La RDC a eu la possession du ballon et les meilleures occasions pendant les quarante-cinq premières minutes, mais elle n’a pas su en profiter. Les Léopards ont vécu la même chose que le Sénégal la veille face au Cameroun (0-0, 4-5 aux t.a.b). Leur domination n’était pas écrasante, mais elle aurait pu se concrétiser. Ils ont peut-être laissé passer leur chance en première période

Le Ghana a attendu la seconde période pour agir. Comment expliquez-vous cette attitude ?

Par la pression qui entoure les matchs, et la fatigue, aussi. Les Ghanéens ont été attentistes, ils n’ont pas pris d’initiatives marquantes en première période. Ils ont sans doute été surpris que les Congolais fassent le jeu, alors que le Ghana en est tout à fait capable. Et puis, les meilleurs joueurs des Black Stars, notamment André Ayew et Atsu, n’étaient pas dans les meilleures dispositions. Ce sont deux éléments extrêmement importants dans le dispositif d’Avram Grant.

La RDC a payé cher ses deux erreurs défensives…

En effet, car le Ghana a ouvert le score sur un ballon perdu au milieu de terrain, puis a repris l’avantage sur un penalty. Un penalty qui relève plus de la maladresse que de l’intention de faire faute de Lomanisa, qui accroche le pied d’Atsu tout simplement parce qu’il est mal positionné dans sa course. Mais à ce niveau, les erreurs peuvent faire très mal. La Ghana a dominé la seconde période. Il a accéléré et il le doit beaucoup à André Ayew, qu’on a vu sous son meilleur jour.

Les Black Stars partent avec le statut de favori face au Cameroun en demi-finale, le 2 février. Est-ce votre avis ?

Oui, car le Ghana a cette capacité de faire le jeu, mais aussi de laisser venir son adversaire. Alors que les Lions Indomptables n’ont pas forcément les atouts pour faire leur jeu. Ils préfèrent procéder en contres, ce qu’ils font très bien. Le Ghana me semble également plus fort individuellement. Il faut s’attendre aussi à un match avec beaucoup de densité physique, mais qui ne sera pas particulièrement spectaculaire…

Cette élimination est-elle un coup d’arrêt pour la RD Congo ?

Non, absolument pas. C’est une équipe qui va de l’avant. Elle s’améliore, et elle obtient de bons résultats depuis quelques années. Je pense qu’elle peut se qualifier pour la Coupe du Monde en Russie. C’est une équipe que je vais continuer à suivre de très près. Elle a beaucoup d’avenir.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte