Société

CAN : Maroc – Égypte, ça va être chaud !

Mis à jour le 27 janvier 2017 à 18:02

Des supporters marocains lors du match opposant le Maroc au Congo, le 16 janvier 2017 au titre de la Coupe d’Afrique des nations. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Les deux sélections joueront dimanche 29 janvier pour composter leur billet pour les demi-finales de la CAN 2017. Une rencontre tendue entre des joueurs et des supporters qui – ils l’ont montré plus d’une fois – ne s’apprécient guère.

« L’Égypte est le berceau de l’humanité… mais le Maroc est son géniteur ! ». La formule est bien connue chez les mordus de foot au Maroc. Une réplique qui s’est installée au fil des rencontres entre les deux sélections nationales.

Car les Pharaons, bien qu’ils soient les maîtres incontestés des Coupes d’Afrique des nations (sept titres au compteur) ont bien souvent échoué face aux Lions de l’Atlas. Sur les 25 rencontres qui ont opposé les deux sélections, le Onze marocain a gagné à douze reprises, tandis que la sélection égyptienne n’a réussi à sortir victorieuse que de deux matchs. La dernière victoire de l’Égypte remonte d’ailleurs à 1986…

Un but historique

Sur les terrasses de café de Casablanca, les supporters espèrent que cette série statistique ne sera pas rompue lors du match du dimanche 29 janvier, qui opposera les deux équipes pour le compte des quarts de finale de la CAN 2017. Galvanisé comme jamais par les deux dernières victoires des Lions de l’Atlas (en phase de poule), le public marocain a hâte d’en découdre avec les Égyptiens pour continuer l’aventure africaine qui, depuis 13 ans, s’achève prématurément pour la sélection marocaine (le Maroc n’avait plus dépassé le 2ème tour depuis 2004).

Pour se rassurer et se donner confiance, les supporters marocains partagent sur internet la vidéo du but d’anthologie (coup de ciseau magistral) planté par Youssef Hadji dans les cages égyptiennes lors de la CAN 1998.

Ils se disent que même lorsque les Lions ne sont pas en grande forme, ils arrivent à neutraliser les Pharaons, comme lors de la dernière rencontre en date (CAN 2006) qui s’était soldée par un match nul. Ils restent néanmoins lucides quant aux capacités de la sélection égyptienne qui – après avoir manqué trois éditions de la CAN – est bien déterminée à retrouver sa place au sommet du football africain.

Peur d’un débordement

Face à cet enjeu, l’ambiance à Port-Gentil où se disputera le match Maroc-Égypte risque d’être des plus tendues. Les supporters des deux pays ne sont pas réputés pour être exemplaires en matière de fairplay. Les matchs de football dans les deux pays sont fréquemment ponctués de violences, avec parfois des bilans macabres. Toute la planète foot se rappelle du match opposant les deux équipes vedettes de l’Égypte, Al Masry et Al Ahly, qui s’est soldé par la mort de 73 personnes au stade de Port Saïd en 2012.

Au Maroc, pas plus tard que l’année dernière, un match de championnat s’est soldé par deux morts et une cinquantaine de blessés. Pourvu, donc, que le match de dimanche ne déborde pas en dehors de la pelouse…