Sport

CAN 2017 : Burkina Faso – Tunisie, le duel des outsiders

| Par
Mis à jour le 27 janvier 2017 à 19h26
Des supporters burkinabè lors du match face au Gabon, le 18 janvier à Libreville.

Des supporters burkinabè lors du match face au Gabon, le 18 janvier à Libreville. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Après s’être imposées dans des groupes dont elles n’étaient pas données favorites, les équipes du Burkina Faso et de la Tunisie se retrouvent samedi pour le premier match de la phase des quart de finale de la CAN. Si les Étalons et les Aigles de Carthage étaient cités avant le début du tournoi comme de possibles outsiders, difficile de donner un favori pour le duel annoncé. Jeune Afrique dresse pour vous les plus et les moins des deux équipes.

  • Attaque : avantage aux Aigles de Carthage                                  FTF1                        

Six buts, tel est le bilan de l’attaque tunisienne après le 1er tour. Emmenés par Msakni, Khenissi, Khazri et surtout Naïm Sliti (2 buts et une passe décisive), les Aigles de Carthage sont plus prolifiques et disposent de plus d’assurance que les Burkinabè dans ce domaine, bien qu’ils aient bénéficié de deux pénalties. Le Burkina s’appuie lui sur le jeune Bertrand Traoré (21 ans) et Préjuce Nakoulma, tout deux buteurs en phase de poule.

  • Défense : avantage aux Étalons                                                     138_bfa_imgbank                                             

Si la Tunisie a remporté le duel de l’attaque, c’est bien le Burkina Faso qui possède la meilleure défense, organisée autour de son gardien Hervé Koffi, 20 ans. Les hommes de Paulo Duarte ont encaissés deux buts, tous sur phases arrêtées – un coup franc contre le Cameroun et un penalty face au Gabon. La Tunisie a elle pris 5 buts en 3 matchs, dont deux face au modeste Zimbabwe. En 2013, les Étalons s’étaient également appuyés sur une défense de fer, avec 2 buts encaissés pour arriver en finale.

  • Le bilan du 1er tour : match nul 

Si la Tunisie a commencé par une défaite face au Sénégal 2-0, les hommes du coach Henri Kasperczak se sont bien repris. Avec deux victoires, une dans le derby face à l’Algérie et une face au Zimbabwe, les Tunisiens sont dans une bonne dynamique avant leur prochain match. Les Étalons ont eux débuté par deux nuls, face aux « favoris » camerounais et gabonais, avant de remporter sans trembler leur troisième mach face à la Guinée-Bissau, présente pour la première fois à la CAN.

  • Expérience : avantage aux Aigles de Carthage                            FTF1

Au niveau de l’expérience, c’est clairement la Tunisie qui domine ce duel, avec cette année une 18ème participation à la CAN contre dix au Burkina Faso. Finaliste de l’édition 2013, le Burkina n’a jamais réussi à décrocher le titre continental, au contraire de la Tunisie en 2004 lors de son succès à domicile. Si le Faso est toujours présent à la CAN depuis 2010, la Tunisie est, elle, au rendez vous depuis 1994, mais n’a plus dépassé les 1/4 depuis son triomphe de 2004.

  • Confrontations : match nul

Les deux équipes se sont peu rencontrées dans leur histoire. La dernière confrontation remonte à 2008 pour le compte des éliminatoires à la Coupe du Monde 2010, avec une victoire pour le Burkina et un match nul. À la CAN, les Étalons et les Aigles de Carthage ne se sont retrouvés qu’une seule fois, en 1998, lors de la CAN organisée au pays des Hommes intègres. En ¼ de finale et à domicile, c’est finalement le Burkina Faso qui se qualifia aux tirs aux but.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte