Sport

Marathon du Gabon : une deuxième édition dédiée à la lutte contre le cancer

Départ du marathon du Gabon 2013. © DR

Ce n'est que la deuxième édition mais le marathon du Gabon s'est déjà fait un nom. L'épreuve reine de dimanche n'est que l'une des sept courses prévues au programme, et environ 15 000 coureurs sont attendus ce week-end à Libreville. Dont la Première dame, Sylvia Bongo Ondimba.

Mis à jour le samedi 29 novembre à 16H57.

Le Kenyan Kurui s’étant blessé il y a une semaine, il ne défendra pas son titre dimanche 30 novembre.

Ils n’étaient "que" 8 998 lors de la première édition, représentants 36 nationalités différentes et âgés de 6 à 91 ans. Cette année à Libreville, samedi 29 et dimanche 30 novembre, ils pourraient être près de 15 000, professionnels ou amateurs, à participer à l’une des sept courses au programme : la Gabonaise (5km), trois courses juniors réservées aux enfants de 6 ans à 17 ans (1 à 3km), une course de 10 km, le semi-marathon et le marathon.

>> Lire aussi : "Marathons, trails et ultra-trails : l’Afrique à l’heure des courses à pied" et "Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !"

Et le plateau présent dans la capitale gabonaise a de quoi séduire. Le Kényan Peter Kurui, vainqueur en 2013, sera sur la ligne de départ pour défendre son titre face à ses compatriotes Josphat Keiyot (qui avait atteint la 12e puis la 5e place du marathon de Berlin en 2012 et 2013) et Maswai Kiptanui, dauphin de Kurui en 2013. 

Au-delà de la compétition, l’organisation a choisi de dédier cette édition 2014 à la lutte contre le cancer. Le cabinet de la Première dame et la fondation Sylvia Bongo Ondimba y ont notamment consacré une course, la Gabonaise (5km, réservée aux femmes).

"C’est une course militante, qui a pour objet d’ouvrir le dialogue sur les cancers féminins, l’importance de la détection précoce, de la vaccination et de la non stigmatisation des patientes. Pour la première fois en Afrique centrale, près de quatre mille femmes seront mobilisées, durant 5km, ensemble, contre le cancer ", explique le cabinet de Sylvia Bongo Ondimba, qui participera elle-même à la course, au côté des épouses des membres du gouvernement et des femmes de l’armée gabonaise.


Sylvia Bongo, au centre, à l’entraînement avec des épouses de membres du gouvernement.

Un continent de marathon(ien)s

Le marathon de Libreville est loin d’être isolé sur le continent. D’autres sont en effet organisés dans de nombreux pays africains, du Maroc à l’Afrique du Sud en passant par le Rwanda. Un signe que l’Afrique ne se contente plus de couver des marathoniens de haut niveau mais qu’elle a choisi de lancer ses propres courses d’endurance. Avec les retombées qu’on imagine : nouvelle forme de tourisme, revenus financiers, investissements étrangers, communication… Ce n’est sans doute que le début.

_________________

Par Mathieu OLIVIER

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte