Défense

Nigeria : Boko Haram s’empare d’une ville proche du Niger

Le chef présumé de Boko Haram, Abubakar Shekau. © AFP

Le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram s'est emparé d'une localité proche de la frontière du Niger, après de violents combats avec l'armée nigériane, a appris l'AFP samedi auprès des autorités frontalières nigériennes.

La ville de Malam Fatori a été prise par Boko Haram après de violents combats avec l’armée du Nigeria dans la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué à l’AFP un haut responsable de Diffa, située dans le sud-est du Niger, voisin du Nigeria.

Malam Fatori est une ville commerciale dans l’extrême-nord de l’Etat de Borno, au Nigeria, à seulement deux km de la frontière du Niger. Borno est le fief de Boko Haram, qui s’est emparé depuis le début de l’année d’une vingtaine de villes dans cette région du nord-est du Nigeria.

315 soldats nigérians ont fui à Diffa à la suite de ces combats et treize de leurs blessés sont toujours soignés à l’hôpital de la ville, a expliqué ce responsable qui a requis l’anonymat.

Les soldats nigérians ont été déjà rapatriés, a-t-il assuré. Une source sécuritaire à Diffa a confirmé ces informations, sans donner plus de détails. L’attaque de Malam Fatori a fait des dizaines de tués et une trentaine de blessés des deux côtés, a indiqué samedi la radio privée Anfani basée à Diffa.

L’attaque de Boko Haram contre Malam Fatori avait déjà été annoncé jeudi par un sénateur nigérian, mais il en avait donné une version différente. Selon le sénateur Maina Maaji Lawan, la ville n’avait pas été conquise, et les combats avaient opposé des militants islamistes à un détachement de la Force multinationale ouest-africaine composé de soldats du Nigeria, du Tchad et du Niger.

Installée au début des années 1990 pour combattre le trafic d’armes et les crimes transfrontaliers, la mission de cette force régionale a été étendue récemment aux combats contre Boko Haram. Le sénateur avait donné un bilan de 21 morts. Des habitants avaient fait état d’un bilan de 16 civils tués et affirmé que des dizaines d’insurgés avaient aussi péri.

L’armée nigériane n’était pas joignable dans l’immédiat samedi pour commenter la situation. Malam Fatori a déjà été plusieurs fois la cible de Boko Haram, a affirmé à l’AFP un habitant de Diffa, la capitale régionale du sud-est du Niger.

Depuis des mois, l’armée nigérienne a déployé un important dispositif sécuritaire pour prévenir des incursions de Boko Haram dans la région. Début mai, de violents combats avaient opposé, pour la première fois sur le territoire du Niger, des éléments de Boko Haram aux forces de sécurité nigériennes près de Chétimari, une localité située à une vingtaine km de Diffa, située à plus de 1.500 km de la capitale Niamey.

Plus de 10.000 personnes, majoritairement des civils, ont été tuées depuis cinq ans au Nigeria dans les attaques de Boko Haram et leur répression féroce par les forces de sécurité nigérianes. Le conflit a également fait fuir de leurs foyers plus de 700.000 personnes, dont 105.000 sont réfugiées à Diffa, une zone aride souvent en crise alimentaire.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte