Sport

CAN 2017 : où évoluent les 368 joueurs sélectionnés ?

L'attaquant congolais Cédric Bakambu entre les internationaux marocains Ghanem Saiss, à gauche, et Manuel Trinidad, à droite, le 12 janvier 2017 à Oyem (Gabon).

L'attaquant congolais Cédric Bakambu entre les internationaux marocains Ghanem Saiss, à gauche, et Manuel Trinidad, à droite, le 12 janvier 2017 à Oyem (Gabon). © Sunday Alamba/AP/SIPA

Depuis le 14 janvier et jusqu’au 5 février, 368 footballeurs, issus de 16 sélections nationales, prennent part à la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2017) au Gabon. L’occasion pour Jeune Afrique de situer chacun de ces joueurs dans le club où il évolue. Cartographie.

Ils viennent de soixante-et-un pays à travers le monde ! Mais seulement 28% d’entre eux évoluent sur le continent. Lorqu’ils ne sont pas convoqués dans leur sélection nationale respective, la plupart des 368 footballeurs engagés pour la 31e édition de la CAN 2017 jouent en club à l’étranger, loin des stades africains.

Comme lors de la précédente CAN, disputée il y a deux ans en Guinée équatoriale, la France est de nouveau en tête des pays pourvoyeurs de joueurs : 57 des 368 disputent des championnats français toutes divisions confondues, soit 15,5% des footballeurs participant à la compétition.

Dans le top 10 des pays qui emploient des joueurs africains, on retrouve également la Grande-Bretagne (10%) et le Portugal (5%). Suivent l’Espagne (4,8%), la Turquie (4,8%), la Belgique (4,3%), la Tunisie (4,3%), l’Égypte (4%), l’Italie (3,8%) et l’Afrique du Sud (3,5%).

Toutefois, trois internationaux sélectionnés – deux Togolais et un Gabonais – sont, pour l’instant, sans club.

 

Zoomez sur une région spécifique et cliquez sur chacun des 368 joueurs pour en savoir plus.

 

Qui sont les fournisseurs de joueurs locaux ?

Sur les 103 joueurs locaux convoqués au Gabon, 40 évoluent dans les pays du Maghreb. La moitié de la sélection égyptienne par exemple est constituée d’une ossature locale, alors que 15 internationaux tunisiens sélectionnés jouent en club dans le pays.

L’Algérie, elle, a fait appel à quatre joueurs locaux. Et dans la sélection marocaine, seul un Lion de l’Atlas est issu du championnat chérifien. Le royaume compte néanmoins quatre autres athlètes étrangers, présents à la CAN mais jouant sous les couleurs d’autres nations (Burkina Faso, Gabon, Mali, Togo).

Dans la partie méridionale du continent, l’Afrique du Sud, bien qu’absente de cette CAN 2017, accueille dans ses championnats quelque 13 joueurs présents au Gabon : huit Warriors du Zimbabwe, trois Cranes de l’Ouganda, un Black Star du Ghana et un Étalon du Burkina Faso.

 

Passez la souris sur les barres pour voir le nombre de joueurs sélectionnés à la CAN 2017 qui évoluent chez vous.

 

Al Ahly et TP Mazembe, premiers employeurs

Dernier enseignement : de tous les clubs représentés à la CAN, seuls Al Ahly du Caire (Égypte) et le TP Mazembe de Lubumbashi (RDC) emploient plus de cinq joueurs participant à cette grand messe du football africain.

Le podium est complété par l’Espérance sportive de Tunis (Tunisie), l’Étoile sportive du Sahel (Tunisie), le Losc (France) et le Zamalek SC (Égypte) qui comptent, chacun dans ses rangs, cinq joueurs sélectionnés pour la CAN.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte