Défense

Maroc : Mohammed VI nomme le nouveau numéro 2 de l’armée

Le roi du Maroc pendant la COP 22 à Marrakech, en novembre 2016.

Le roi du Maroc pendant la COP 22 à Marrakech, en novembre 2016. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Le général de division Abdelfatah Louarak remplace le général de corps d’armée Bouchaib Arroub, annoncé malade depuis mai 2016. Il devient ainsi le nouvel homme fort de l’armée marocaine dont le roi reste le chef suprême.

« Le général de division, Abdelfatah Louarak, a été nommé inspecteur général des Forces armées royales (FAR)», précise un communiqué du cabinet royal diffusé le mardi 17 janvier.

« Le général de division Abdelfatah Louarak a été choisi dans ses nouvelles fonctions pour ses hautes qualités humaines et professionnelles et pour l’abnégation et la loyauté dont il a fait montre dans l’exercice des différentes responsabilités militaires et d’encadrement dont il a eu la charge », ajoute le document.

L’armée marocaine au Yémen

Il succède au général Bouchaib Arroub qui a été nommé à la tête de l’armée marocaine en juin 2014 en remplacement du général Abdelaziz Bennani, décédé un an plus tard. Le général Arroub était le seul officier de l’armée à porter le grade supérieur de Corps d’armée avec le général Hosni Benslimane, patron de la gendarmerie marocaine. Sa dernière activité officielle fut la réception de son homologue djiboutien, le chef de l’État-major des Forces armées Zakaria Cheikh Ibrahim, le 9 janvier à Rabat, pour discuter de la coopération militaire entre les deux pays.

C’est sous le général Arroub que le Maroc a effectué sa première sortie militaire à l’international sous Mohammed VI en rejoignant la coalition emmenée par l’Arabie saoudite, contre les rebelles houthis du Yémen. Le royaume, très actif, par ailleurs, dans les opérations de sauvegarde de la paix diligentées par l’ONU, a aussi soutenu la coalition internationale contre Daesh sans se positionner en tant qu’État membre.

Tout récemment, sous Bouchaib Arroub, l’armée marocaine a été mise en état d’alerte à cause de la tension qui règne dans la zone de Guergarate, à la frontière avec la Mauritanie suite aux agissements du Polisario. 

Mohammed VI chef suprême de l’armée

Depuis le règne de Hassan II, qui a été visé par deux coups d’États impliquant de hauts gradés de l’armée, l’armée cultive le secret sur ses activités. Elle est gérée par une administration dépendante du gouvernement, basée au Palais royal à Rabat, mais elle est sous l’aile directe du roi qui est, selon la Constitution, le chef suprême de l’armée et le chef d’état major général.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte