Société

Rwanda : la dépouille de Kigeli V, dernier souverain du pays, rapatriée à Kigali

Par
Mis à jour le 9 janvier 2017 à 18:33

Le roi du Rwanda Kigeli V lors d’une interview avec le journal PopImpressKA. © Capture d’écran YouTube/PopImpressKA

La dépouille du roi Kigeli V, décédé en octobre aux États-Unis à l’âge de 80 ans, est arrivée lundi à Kigali, la capitale rwandaise, à l’issue d’une bataille juridique entre des membres de sa famille.

« Le corps du roi est bien arrivé autour de 14 heures (…) Nous sommes très contents qu’il soit rentré dans son pays natal », a déclaré James Vuningoma, secrétaire exécutif de l’Académie rwandaise de la langue et de la culture. Lui-même était présent à l’aéroport pour accueillir la dépouille, comme des membres de la famille du monarque et la ministre rwandaise de la Culture et des Sports, Julienne Uwacu.

Kigeli V était décédé le 16 octobre dans la banlieue de Washington, aux États-Unis, pays dans lequel il vivait en exil depuis plus de 20 ans. La question du rapatriement de son corps avait fait l’objet d’une lutte acharnée entre ses proches. Sa famille restée au Rwanda y était favorable, tandis que deux de ses neveux vivant aux États-Unis et son Conseil royal s’y opposaient. Finalement, la justice américaine a été saisie et a tranché le 4 janvier, en laissant la responsabilité de la gestion des obsèques aux premiers.

Un exil de 57 ans

Né Jean-Baptiste Ndahindurwa, Kigeli V était monté sur le trône en 1959. Les autorités coloniales belges l’avaient forcé à l’exil un an plus tard, après avoir demandé l’aide de l’ONU pour obtenir l’indépendance du Rwanda. Il avait d’abord résidé dans plusieurs pays d’Afrique, dont le Kenya et l’Ouganda, avant de s’installer aux États-Unis en 1992.

La monarchie rwandaise a été abolie en 1961 par référendum, un an avant l’indépendance. Mais la question du retour du roi a été régulièrement évoquée depuis 1994 et la prise de pouvoir du Front patriotique rwandais (FPR), issu d’une ex-rébellion tutsie dirigée par l’actuel président Paul Kagame. Malgré plusieurs tentatives de négociations, cette question n’a jamais été résolue : les autorités rwandaises se sont toujours dites prêtes au retour de l’ancien roi en tant que simple citoyen, mais Kigeli V n’acceptait de rentrer qu’en tant que monarque.

Arguant de ce conflit entre le roi et le pouvoir rwandais, les membres de sa famille résidant aux États-Unis s’opposaient au rapatriement de sa dépouille. Ces derniers avaient assuré que le roi ne souhaitait pas être enterré au Rwanda tant que le gouvernement actuel, jugé hostile à Kigeli V de son vivant, serait au pouvoir.

« Son droit élémentaire »

« C’est un sentiment de joie, de grande joie parce que l’on a attendu longtemps (ce rapatriement). C’est son droit élémentaire d’être rapatrié », a déclaré Medard Rutijanwa, un membre de la famille du roi. Selon lui, le gouvernement rwandais a soutenu la famille basée au Rwanda dans son combat judiciaire pour le retour de la dépouille du roi.

Le roi devrait être inhumé à Nyanza, l’ex-capitale royale dans le sud du pays, dans les prochains jours, a précisé Medard Rutijanwa. Son corps a pour l’heure été transféré à l’hôpital King Faisal de Kigali, selon James Vuningoma.