Économie

Pascal Agboyibor : « Il n’y aura de nouvel eldorado que si les acteurs africains se prennent en main »

Pascal Agboyibor (Togo), avocat d'affaires, associé gérant au cabinet Orrick, à Radio France Internationale (RFI), le 06.12.2016.

Pascal Agboyibor (Togo), avocat d'affaires, associé gérant au cabinet Orrick, à Radio France Internationale (RFI), le 06.12.2016. © Vincent Fournier/JA

À 49 ans, Pascal Agboyibor a atteint des sommets dans l’univers des avocats d’affaires. Ce Togolais figure en effet dans le conseil d’administration d’Orrick, l’un des tout premiers cabinets d’avocats au monde avec 1 100 avocats et 25 bureaux à travers le monde.

Resté en France après ses études, à une époque (le début des années 90) où son pays d’origine connaissait une grave crise politique, le fils de l’ancien Premier ministre Yawovi Agboyibor consacre depuis quelques années la totalité de ses activités à l’Afrique. Avec quelques grands dossiers à son actif, comme le développement du barrage d’Inga en RD Congo, la défense des intérêts de la Guinée face aux multinationales, mais aussi l’assistance gratuite qu’il donne avec ses équipes à des projets entrepreneuriaux locaux…

Plafond de verre

Autre temps, autre mœurs : lorsque j’ai commencé ma carrière à Paris en 92-93, on promouvait des avocats issus de certaines familles, pas uniquement par rapport à la couleur de la peau mais aussi selon les origines sociales. Les choses ont depuis radicalement évolué au début des années 2000, avec des recrutements au sein des cabinets d’avocats français ou anglo-saxons de personnes d’origines diverses.


Grande invité de l’économie RFI – Jeune Afrique… par Jeuneafriquetv

Régression économique

J’ai tendance à questionner la fiabilité des statistiques économiques, surtout quand il s’agit d’Afrique. Les évolutions sont liées à la baisse des cours des matières premières ce qui ne veut pas dire qu’il y ait eu une telle réduction de richesse. Sur le terrain, où je vais toutes les semaines, je constate toujours une ébullition, un esprit d’entreprise. Je ne sens pas de dépression en matière économique.

La stratégie de fermeture de Trump

Je ne suis pas inquiet. Il faut aussi des moments de confrontation pour que chacun se révèle, affirme la clarté de sa vision et de sa détermination. En Afrique, on manque parfois de leadership, d’intégrité. La situation où chacun doit se battre pour défendre ses intérêts est tout à fait souhaitable dans les temps que connaît l’Afrique. Car le continent ne sera vraiment le nouvel eldorado que si les acteurs africains se prennent en main.

L’avenir d’Inga

Inga n’est plus une utopie.L’actualité fait qu’en RD Congo les sujets économiques sont éclipsés par la politique. Mais le projet est en cours d’exécution et des décisions seront prises à une échéance qui n’est pas lointaine. Notamment le choix du développeur, qui lancera ensuite le projet.


Grande invité de l’économie RFI – Jeune Afrique… par Jeuneafriquetv

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte