Droits de l’homme

Une remarque de Manuel Valls sur le port du voile provoque la colère des internautes tunisiens

Manuel Valls à Matignon le 6 décembre 2016. © Francois Mori/AP/SIPA

Invité jeudi soir sur France 2, l'ancien Premier ministre français Manuel Valls a rappelé sa position sur le port du voile, citant la Tunisie comme un pays où "des femmes à qui on a imposé le voile se battent précisément pour l’enlever". Une remarque qui fait bondir les internautes tunisiens.

Venu défendre son programme pour la primaire de la gauche pour la présidentielle de 2017 sur le plateau de « l’Émission politique », Manuel Valls n’a pas été épargné par les critiques.

Le (mauvais) exemple de la Tunisie

Face à Attika Trabelsi, qui se revendique « musulmane et féministe », Manuel Valls s’est dit inquiet d’une « mode, celle d’un voile revendiqué ». Diplômée de l’École normale supérieure, entrepreneure et co-fondatrice de l’association Lallab « pour montrer que les voix des femmes musulmanes sont plurielles », la jeune femme a interpellé l’ancien Premier ministre sur ses propos tenus quelques mois plus tôt sur la question du voile.

« Vous faites un choix, je le respecte. Mais, enfin, qu’est-ce que c’est que cette idée que les cheveux, le visage et le corps d’une femme seraient impudiques ? » a-t-il demandé. Au fil du débat, il glisse également deux exemples étrangers pour appuyer ses arguments : « la Tunisie [et] l’Iran, [où] des femmes à qui on a imposé le voile se battent précisément pour l’enlever ». Une phrase qui a suscité de vives réactions de la part de Tunisien(ne)s, en Tunisie et ailleurs dans le monde.

« Je trouve inapproprié sur ce plateau [de parler de ce qu’il se passe à l’étranger], puisque le sujet aujourd’hui c’est mon histoire et celles de femmes françaises que je connais (…) et qui choisissent librement », a rétorqué quant à elle Attika Trabelsi.

https://www.youtube.com/watch?v=KU_7KfvyGi4

Réactions outrées 

Dans les heures qui ont suivi la diffusion de l’émission, de nombreux Tunisiens se sont élevés contre cette référence à la Tunisie, déplorant « l’ignorance » de Manuel Valls sur ce pays, où il s’était pourtant rendu récemment.

 

Manuel Valls, qui s’était rendu à Tunis fin novembre à l’occasion de la conférence sur l’investissement « Tunisia 2020 », était devenu la risée du web après avoir écorché le nom du Président tunisien Béji Caïd Essebsi – l’appelant « Ezzibi » (qui fait référence au pénis, en arabe) à la place.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte