Sécurité

RD Congo : 15 personnes tuées dans des affrontements entre Pygmées et Bantous

Un camp de Pygmées dans la région d'Epulu, au Congo, le 21 mars 2010. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Au moins une quinzaine de Bantous ont été tués ce jeudi dans une attaque attribuée à des Pygmées, dans un village de la province de Tanganyika situé au sud-est de la RDC.

Des affrontements entre Bantous et Pygmées dans le village de Piana-Mwanga ont fait aujourd’hui 15 morts parmi les Bantous, 37 blessés et 65 maisons incendiées, a précisé à l’AFP Mgr Vincent de Paul Kwanga, évêque du diocèse de Manono.

Le ministre provincial de l’Intérieur du Tanganyika, l’une des quatre provinces de l’ex-Katanga, Kamona Lumuna, à confirmé à l’agence de presse l’attaque, mais selon lui le bilan exact des personnes tuées n’est « pas encore connu ».

Le responsable, joint au téléphone depuis Lubumbashi par l’AFP, a assuré qu’une équipe serait dépêchée « pour enquêter sur ce qui s’est réellement passé dans ce village ».

De son côté, le porte-parole de la société civile du Tanganyika, Modeste Kubali, a fait état de 17 personnes tuées, 47 blessés et 65 maisons incendiées.

Heurts intercommunautaires

Depuis décembre 2013, le nord du Katanga est le théâtre de nombreux affrontements meurtriers entre Bantous de l’ethnie Luba et Pygmées de l’ethnie Twa. Entre elles, les tensions intercommunautaires sont antérieures à l’indépendance de la RDC.

Le mode de vie nomade des Pygmées, chasseurs cueilleurs, est menacé par la déforestation, l’exploitation des mines et l’expansion des terres agricoles des Bantous.

Les Pygmées de l’ethnie Twa cherchent à faire reconnaître leur droit à l’égalité avec les autres citoyens de la RDC, mais leurs revendications se heurtent régulièrement au refus des populations bantoues de l’ethnie Luba sur le sujet.

Affrontements mi-octobre

Le dernier affrontement d’envergure entre les deux communautés remonte à la mi-octobre : vingt personnes avaient été tuées en trois jours de heurts, provoqués par un désaccord sur le versement d’une redevance due par les Pygmées aux Bantous pour une récolte de chenilles.

La nouvelle flambée de violences entre les deux communautés a repris après une année d’accalmie, à la suite de médiations des autorités locales et de la mission de l’ONU en RDC (Monusco).

Fin septembre, à l’issue d’une longue procédure, la justice congolaise avait condamné quatre Bantous à 15 ans de prison pour crimes contre l’humanité, en lien avec ce conflit.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte