Politique

Burkina Faso : Isaac Zida, toujours en première ligne

Yacouba Isaac Zida était numéro 2 du RSP, la garde prétorienne de l'ancien chef d'État. © Issouf Sanogog / AFP

Peut-être le puissant général Diendéré tire-t-il des ficelles en coulisses. Mais le 31 octobre, c'est bien le lieutenant-colonel Zida qui a remplacé Compaoré au sommet de l'État, avant d'être nommé Premier ministre par le président de la transition, Michel Kafando.

Quand il a vu cette masse en treillis équipée d’une discrète paire de lunettes et de fines bacchantes s’adresser à la foule, le 31 octobre, et annoncer la démission de Blaise Compaoré, Roch Marc Christian Kaboré a d’abord été surpris. "C’est qui celui-là ?" s’est-il demandé.

Ce jour-là, l’ancien dauphin putatif de Compaoré passé à l’opposition n’est pas le seul, parmi les milliers de Burkinabè venus réclamer la tête du président, à s’interroger. Certains croient apercevoir le général à la retraite Kouamé Lougué, furtivement plébiscité la veille. D’autres pensent qu’il s’agit du général Honoré Nabéré Traoré, le chef d’état-major. Smockey, lui, se dit que l’homme qu’il a aidé à fendre la foule et qu’il côtoie maintenant sur une estrade improvisée n’est qu’un porte-parole parmi d’autres de l’armée. "Personne ne le connaissait", assure le leader du Balai citoyen.

Quelques heures après ce pronunciamiento, et alors qu’une sourde bataille se jouait en coulisses pour le contrôle de l’armée, l’inconnu de la place de la Nation, vite rebaptisée place de la Révolution, s’adressait à son peuple, via le petit écran, en tant que nouvel homme fort du pays. Avant d’être nommé Premier ministre le 19 novembre et de former le gouvernement de la transition, Yacouba Isaac Zida signait d’un "chef de l’État" ses décrets et communiqués, et se faisait annoncer en tant que "monsieur le président du Faso" lorsqu’il pénètrait dans une salle.

>> Lire aussi : Zida entend multiplier les réformes et lutter contre la corruption

Un inconnu, Zida ? Pour le grand public, oui. Mais contrairement aux putschistes de sinistre mémoire les plus récents, il n’était pas un capitaine sans prérogatives ni avenir avant sa prise du pouvoir. En tant que numéro deux du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP), la garde prétorienne du président, il était un pion majeur du régime Compaoré. "Il avait toute la confiance du président", assure-t-on dans l’entourage de ce dernier, tout en ajoutant qu’il l’a toujours…

Un militaire, un vrai

Ceux qui avaient l’habitude de partager le même avion que Compaoré lors de voyages officiels se souviennent de lui, mais sont incapables d’en parler plus de deux minutes. "Il s’occupait de la sécurité du président. Il était toujours là. Mais ce n’est pas le genre de militaire à qui l’on parle", explique l’un d’eux. Même les officiers burkinabè les plus aguerris disent très mal le connaître. Il serait "calme", "serein", "courageux" et "sans ambitions". Ce serait, selon un proche de Compaoré, "un bon gars", "un militaire, un vrai" – quoique d’autres évoquent "des actes d’indiscipline".

Le mieux placé pour en parler n’a jamais été un grand bavard – et l’est encore moins ces temps-ci. Le général Gilbert Diendéré, l’homme clé du régime déchu, l’ex-chef d’état-major particulier de Compaoré, le patron du RSP, que l’on soupçonne d’être aujourd’hui le vrai boss du pays, est considéré par plusieurs sources comme le "père militaire" de Zida. C’est lui, dit-on, qui l’a fait entrer au RSP, qui lui a confié les missions les plus délicates, et qui l’a fait chef de corps adjoint. C’est aussi lui qui, le 30 octobre, en pleine insurrection, l’a dépêché auprès de l’état-major de l’armée pour calmer certaines ardeurs et montrer les muscles du RSP. Lui qui, le lendemain, lui a demandé d’y retourner, d’y annoncer la démission de Compaoré et de prendre le contrôle de la "junte".

Diendéré est le "grand frère" de Zida (il a 54 ans ; Zida, 49), c’est aussi son cousin (il y a entre eux un lien familial assez flou).

Diendéré est le "grand frère" de Zida (il a 54 ans ; Zida, 49), c’est aussi son cousin (il y a entre eux un lien familial assez flou). Tous deux sont des Mossis de la région de Yako, une ville située à mi-distance entre Ouagadougou et la frontière malienne. Diendéré est né à Song-Naba, Zida à Gomponsom, un chef-lieu de commune.

Sa carrière dans l’armée, Zida la doit non pas à son père (un petit commerçant musulman qui a eu plusieurs femmes et de nombreux enfants), mais à l’un de ses instituteurs qui l’a pris en affection et qui, lors de son affectation loin de Yako, l’a emmené avec lui avant de le faire entrer, à l’âge de 12 ans, au Prytanée militaire de Kadiogo (PMK). Huit ans plus tard, c’est la révolution. Le PMK est dissous. Zida ne parle pas politique avec ses copains et s’est converti (seul) au protestantisme. Il poursuit ses études dans un lycée public, puis à l’université, où il étudie l’anglais.

Foot, filles et musique

En 1993, le voilà, à 28 ans, de retour sous les drapeaux. Et pas n’importe où : à Pô, à l’Académie militaire qui, chaque année, livre son lot de soldats d’élite à l’armée, et dont Compaoré a fait l’un des socles de son pouvoir. Trois ans plus tard, il entre au RSP. Ses amis d’enfance le perdent de vue. Il enchaîne les formations à l’étranger (au Maroc, dans la fameuse école militaire de Meknès, à Taïwan, ou encore aux États-Unis, où il a suivi en 2012 un stage chez les forces spéciales) et les missions secrètes.

Plusieurs sources affirment qu’il aurait été l’officier de liaison envoyé par Compaoré auprès de Guillaume Soro et des rebelles ivoiriens, en 2002 et les années suivantes. L’entourage de Soro nie, celui de Compaoré un peu moins, tandis que celui de Laurent Gbagbo confirme. Selon des proches de ce dernier, Zida était "l’opérationnel" en 2010, quand les mercenaires burkinabè étaient légion en terre ivoirienne. "Il a joué un rôle majeur", confirme une source française. Mais la vérité est qu’il ne décidait de rien. "Notre interlocuteur, indique un conseiller de Soro, c’était Diendéré. Zida, on le connaît parce qu’on le voyait à Kosyam et parce qu’il nous transmettait des messages. Mais avec lui, on parlait plus foot, filles et musique que stratégie."

Qu’il ait conseillé Soro dans ses choix tactiques ou non n’est après tout qu’un détail. Selon un officier burkinabè, "le simple fait que Zida ait joué un rôle d’intermédiaire entre Soro et Diendéré prouve qu’il a toute la confiance de Gilbert, et donc celle de Blaise". C’est d’ailleurs à l’issue de la crise ivoirienne (et au lendemain des mutineries de 2011 dans les casernes burkinabè) que Zida a été promu au grade de lieutenant-colonel et est monté dans la hiérarchie du RSP. Il a ensuite enchaîné les missions spéciales. Le chef des services de renseignements d’un pays voisin se souvient l’avoir reçu dans son bureau. Il avait été missionné par Diendéré pour évoquer la sécurité sous-régionale.

Un homme qui doit toute sa carrière au président et à son bras droit, et dont tous ceux qui le connaissent soulignent la "loyauté", peut-il avoir fomenté un coup contre eux ? "Impossible", tranche un proche de Compaoré. "Inenvisageable, assure un officier général. S’il a pris le pouvoir, c’est à la demande de Diendéré, qui savait qu’il ne pouvait pas apparaître en première ligne." De fait, quand il a fait savoir au général Traoré, dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, que c’est lui, un simple lieutenant-colonel, qui allait mener la transition et qu’il devait maintenant s’éclipser sous peine d’en payer le prix, c’était avec l’assentiment de Diendéré.

Un charisme évident

Mais aujourd’hui, qui peut dire ce qu’il envisage, lui qui a dit à l’un de ses récents interlocuteurs que "ce sont quand les choses se gâtent qu’on les voit" ? Faut-il voir, dans le fait qu’il s’est entouré d’officiers qui n’ont rien à voir avec le RSP, une volonté de s’émanciper ? Faut-il donner un sens à la tenue couleur sable – celle de l’armée régulière – qu’il arbore désormais en toutes occasions, au détriment du treillis vert – celui du RSP – qu’il portait sur la place de la Nation ? Doit-on s’inquiéter de voir, à la tête d’une junte, un homme au charisme évident et à la finesse politique avérée ?

Zida n’est pas un nouveau Thomas Sankara. Il n’en a ni le parcours, ni la vision, ni même l’envie, si l’on se fie à son entourage. Il n’a pas d’antécédents sankaristes, même s’il a montré des gages à la société civile, comme lorsqu’il a proposé de rebaptiser du nom de l’opposant marxiste récemment décédé, Hama Arba Diallo, l’hôpital Blaise-Compaoré. "Il a fait preuve d’une certaine volonté de changement", souffle-t-on à Paris. Il n’est pas non plus comparable au Guinéen Dadis Camara ou au Malien Amadou Haya Sanogo.

À l’évidence, sa tête est bien faite et il n’est pas arrivé là où il est aujourd’hui parce qu’il était "sympa" avec les soudards ou parce qu’il fallait bien occuper le fauteuil… Doit-on alors le comparer à son ancien patron et dire de lui, comme n’a pas hésité à le faire un diplomate en poste à Ouaga, qu’il est "un Compaoré bis" – non pas le président qui semblait intouchable après vingt-sept ans de règne, mais le jeune capitaine timide et peu disert, un second couteau qui avait pris le pouvoir après la mort de son frère Sankara et dont on pensait qu’il ne le garderait pas longtemps ?

Pour l’heure, Zida, qui refuse les tête-à-tête avec les journalistes, est un mystère. "C’est un homme d’action plus que de parole", expliquent ses proches. "Il sait ce qu’il veut et où il va", estime un médiateur ouest-africain. Ceux qui ont eu à le rencontrer au Conseil économique et social, QG improvisé du nouveau pouvoir situé au coeur de la capitale, évoquent un personnage attentif et appliqué. Un technocrate en treillis qui, si l’on en croit le CV très détaillé que distribue généreusement son entourage, parle quatre langues (anglais, français, mooré, dioula) et maîtrise parfaitement Word et Excel. Un homme désireux de transmettre le pouvoir aux civils et de ne pas s’éterniser en première ligne. Mais pas à n’importe quel prix, comme le prouve sa nomination à la tête du gouvernement.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte