Politique

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Fatiha Mejjati a rejoint l'Irak. © DR

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable icône du jihadisme au féminin, elle a fait allégeance au "calife" Abou Bakr al-Baghdadi le 1er juillet... sur Twitter. C'était juste avant de plier bagage pour la Syrie.

Un peu plus d’une semaine après son ralliement idéologique, Fatiha Mejjati posait en voile intégral devant le tribunal islamique de Jarabulus, un village syrien à la frontière avec la Turquie. Elle y a rejoint son fils Ilyas, membre de la puissante commission des médias au sein de Daesh. Reçue comme une héroïne, elle a suivi une formation militaire… et se serait mariée à un dirigeant de l’organisation.

>> Lire aussi : qui est Abou Bakr al-Baghdadi, le nouveau "calife" ?

C’est à elle qu’incombe la responsabilité d’encadrer les femmes de Daesh, au point d’être surnommée Oum al-Mouminine ("la mère des croyants"). En août dernier, et en guise de voeux pour l’Aïd el-Fitr, marquant la fin du mois de ramadan, elle affirmait vouloir s’offrir une nouvelle tenue, encore plus large que celle qu’elle porte d’habitude, et une ceinture chargée de C4, soit ce qui se fait de plus dévastateur en matière d’explosifs.

Aujourd’hui installée à Raqqa, capitale de Daesh, on lui prête des liens privilégiés tant avec le calife autoproclamé qu’avec Omar al-Chichani, véritable Premier ministre de l’organisation.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte