Économie

En 2017, la RD Congo s’attend à une nouvelle année de croissance molle

| Par Jeune Afrique
Le port de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, vu du ciel, le 24 septembre 2016.

Le port de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, vu du ciel, le 24 septembre 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

La Banque centrale a indiqué dans un communiqué publié dimanche 1er janvier que la croissance devrait atteindre 2,9% cette année, contre 7,7% de croissance annuelle moyenne entre 2010 et 2015.

Après avoir avancé tout au long du premier semestre 2016 des prévisions de croissance du Produit intérieur brut (PIB) à plus de 5% – dans un contexte pourtant morose pour les matières premières – la Banque centrale a-t-elle décidé de jouer la carte de la prudence ?

La semaine dernière déjà, une note postée sur le site de l’institution reconnaissait le fort ralentissement de l’économie congolaise et indiquait que le PIB n’atteindrait finalement que 2,5% en 2016. Une révision extrêmement sévère puisque six mois plus tôt, la Banque centrale avançait le chiffre de 5,3%. Pis : la loi de finances initiale, promulguée fin décembre 2015, prévoyait 9% pour l’année écoulée.

L’économie touchée par les fluctuations des métaux

Entre 2010 et 2015, le taux de croissance de la RD Congo s’était établi en moyenne à 7,7% par an, soit un niveau supérieur à la moyenne de l’Afrique subsaharienne, rappelle la Banque mondiale dans une récente note.

Mais le pays, dont 95% des revenus d’exportation proviennent des industries extractives, a subi de plein fouet la chute des cours mondiaux des minerais en 2014 et en 2015, principalement due à la baisse de la demande chinoise. Selon une étude de Moody’s, il ne faut toutefois pas s’attendre à une tendance haussière pour le cuivre, principale production du pays.

En outre, comme le rappelle l’institution financière de Washington, l’instabilité politique a également porté un coup à l’économie du pays.

À 2,9%, la croissance sera inférieure au taux d’accroissement de la population estimée à un peu plus de 3% par an, impliquant une diminution du PIB par habitant.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte