Diplomatie

Maroc – Minurso : Bolduc en stand-by

La Canadienne Kim Bolduc.

La Canadienne Kim Bolduc. © AFP

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) n’est toujours pas validée par Rabat.

Alors que son prédécesseur, l’Allemand Wolfgang Weisbrod-Weber, alias 3W, a quitté ses fonctions de chef de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) au mois de juillet, la Canadienne Kim Bolduc n’a toujours pas obtenu le feu vert des autorités marocaines à sa prise de fonction.

"C’est une humanitaire qui n’a pas le profil, militaire avant tout, qui convient à la mission", dit-on à Rabat, où l’on n’a pas apprécié de n’avoir pas été associé à sa désignation, en mai. "L’usage est que le secrétariat général de l’ONU notifie sa décision, pas qu’il consulte les parties", rétorque la direction des opérations de maintien de la paix. De son côté, la diplomatie marocaine a manifestement choisi la fermeté. La menace à peine voilée de Mohammed VI de mettre fin à la mission de la Minurso en est l’illustration.

Et la nomination en tant qu’ambassadeur auprès des Nations unies, à New York, d’Omar Hilale, la confirmation. Dans son précédent poste, à Genève, celui-ci s’était signalé par son intransigeance… Bolduc finira-t-elle par être "accréditée" par Rabat ? Sans doute, mais pour l’instant, elle attend.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte