Dossier

Cet article est issu du dossier «Dakar, dans tous ses états»

Voir tout le sommaire
BTP & Infrastructures

Sénégal : sommet de l’OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Macky Sall et Richard Attias sortent du Centre de conférence internationale de Diamniado, le 23 octobre © Eahounou

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale hypertrophiée.

De même que les Sénégalaises rivalisent d’élégance lorsqu’elles sortent danser, Dakar se refait une beauté chaque fois qu’elle héberge un sommet international. En 2008, celui de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) avait été l’occasion pour le président Abdoulaye Wade de modifier en profondeur les axes routiers de la capitale.

Ses principales artères avaient alors été agrandies, aménagées ou prolongées, de la corniche ouest à la Voie de dégagement nord (VDN). Six ans plus tard, le 15e sommet de l’OIF a lui aussi accouché de son grand oeuvre. Il ne s’agit plus cette fois d’aménager le Dakar intra-muros, mais de faire émerger du néant, dans la bourgade de Diamniadio, à une trentaine de kilomètres, une ville nouvelle capable de remédier à l’hypertrophie d’une capitale surpeuplée, coincée sur une presqu’île et dont le désengorgement est devenu vital.

Les émirats pétroliers du Golfe avaient largement contribué aux travaux d’aménagement routier préalables au sommet de l’OCI. C’est en partenariat avec la Turquie que le Centre international de conférences de Diamniadio (CICD), dont l’amphithéâtre de 1 500 places hébergera le sommet, a pu voir le jour. Le gouvernement d’Erdogan et l’Eximbank turque ont financé le projet à hauteur de 32 milliards de F CFA (48,7 millions d’euros) – sur les 58 millions nécessaires à sa construction.

Édifié par la société Summa, turque également, c’est le premier "bâtiment intelligent" du Sénégal. cité du savoir. Autour de cet équipement, le pôle urbain de Diamniadio s’étoffera progressivement des multiples infrastructures qui s’inscrivent dans le cadre du Plan Sénégal Émergent (PSE), si cher à Macky Sall : un marché d’intérêt national (MIN), la deuxième université de Dakar, une Cité du savoir, un centre hospitalier universitaire, des hôtels, une plateforme industrielle intégrée, 40 000 logements supplémentaires, une zone réservée aux missions diplomatiques et aux services administratifs…

> > Lire aussi: Plan Sénégal Émergent: les bailleurs de fonds s’engagent sur 3700 milliards de F CFA

Cette cité sera desservie par une autoroute (fraîchement inaugurée) et par un train express régional (toujours en projet). "Ce pôle urbain sera construit selon le concept des villes vertes, caractérisées par l’efficacité économique et la mixité sociale, un système performant de traitement des déchets et une meilleure économie énergétique, le respect de l’environnement et un cadre de vie attrayant", rappelait le chef de l’État en novembre 2013, lors de la pose de la première pierre du CICD. Avec l’ouverture de l’aéroport international de Diass, prévue pour 2015, il est fort possible que les invités du prochain sommet international organisé au Sénégal n’aient même plus l’occasion de transiter par Dakar.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte