Diplomatie

Crise en RD Congo : les pays de l’Union européenne réagissent

A Kinshasa, ce mardi 20 décembre 2016.

A Kinshasa, ce mardi 20 décembre 2016. © John bompengo/AP/SIPA

Face à la crise dans laquelle est plongée le pays depuis la fin théorique du mandat du président Kabila, l’Allemagne décide de suspendre les négociations sur un accord de coopération avec la RDC. La Belgique compte « réexaminer ses relations » avec Kinshasa et la France demande à l’UE de faire de même.

D’une voix unanime, plusieurs puissances européennes – parmi lesquelles la Belgique, France, l’Allemagne, le Royaume-Uni – ont apporté leur soutien à la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui chapeaute actuellement une médiation entre l’opposition et le camp de Joseph Kabila.

L’Allemagne suspend ses négociations avec la RDC

Dans un appel diffusé à travers une vidéo mardi, l’opposant historique Étienne Tshisekedi avait demandé à la communauté internationale [de] « ne plus traiter avec Joseph Kabila au nom de la RDC« .

Pour l’heure, seule l’Allemagne a semble-t-il entendu cet appel. Le pays a décidé de reporter les négociations portant sur un accord de coopération avec la RDC, qui devait entrer en vigueur l’année prochaine. Selon un communiqué adressé lundi 19 décembre, le gouvernement fédéral n’exclut pas de prendre d’ « autres mesures », a indiqué le ministère allemand des Affaires étrangères, sans donner plus de précisions.

Exprimant mardi 20 décembre sa « profonde préoccupation » devant la situation, le ministère belge des Affaires étrangères a fait savoir mardi dans un communiqué que « les relations entre la Belgique et la RDC ser[aie]nt dès à présent réexaminées ». Le document insiste aussi sur le fait que la Belgique « continuera à rester très vigilante à l’égard des responsabilités individuelles dans le cadre des atteintes aux droits de l’Homme et de l’obstruction du processus démocratique ».

Le ministre britannique pour l’Afrique, Tobias Ellwood, a également déclaré à la presse en début de semaine que « tant qu’il n’y aurait pas d’accord, les relations entre le Royaume-Uni et le gouvernement congolais devront changer », regrettant en outre que les élections n’aient pas été organisées dans le délai constitutionnel en 2016.

Réexaminer les relations entre l’UE et la RDC

De son côté, la France a demandé à l’Union européenne à travers un communiqué du Quai d’Orsay de réexaminer ses relations avec la RDC compte tenu de « la gravité de la situation », tout en condamnant les violations des droits de l’Homme perpétrées dans le pays. De paire avec les États-Unis, l’UE avait dès le 12 décembre engagé des sanctions économiques individuelles à l’encontre de neufs responsables congolais.

Le secrétaire général de l’ONU a déploré mercredi 21 décembre dans un communiqué « les pertes en vies humaines signalées lors d’affrontements entre forces de sécurité et manifestants », rappelant à ce titre « la nécessité pour les forces nationales de sécurité de faire preuve de la plus grande retenue dans le maintien de l’ordre public ».

Selon un bilan donné mercredi par la police, les heurts entre les forces de sécurité et les manifestants auraient fait plus d’une trentaine de morts dans tout le pays.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte