Sécurité

Tunisie : qui est Anis Amri, l’auteur présumé de l’attentat de Berlin ?

Le Tunisien Anis Amri, suspecté d'être l'auteur de l'attentat de Berlin le 19 décembre 2016.

Le Tunisien Anis Amri, suspecté d'être l'auteur de l'attentat de Berlin le 19 décembre 2016. © AP/SIPA

Débarqué en Italie clandestinement comme des milliers d’anonymes en 2011, Anis Amri, auteur présumé de l’attentat de Berlin, est l’homme le plus recherché d’Allemagne et d‘Europe.

Originaire de Tataouine (au sud de la Tunisie), sa famille s’était installée à Oueslatia, bourg agricole du centre de la Tunisie. Mais Anis Amri a profité de la confusion qui a suivi la chute du régime de Ben Ali en janvier 2011 pour tenter la grande évasion vers l’Europe. À l’époque, il a à peine 18 ans.

Parti de Sfax avec d’autres clandestins, il débarque à Lampedusa et se fait remarquer en participant à l’incendie du centre d’accueil des migrants en septembre 2011. Arrêté, il est transféré à Catane, où il purge une peine de quatre années de prison à l’issue desquelles son expulsion lui est notifiée, sans pouvoir être exécutée, la Tunisie ne le reconnaissant pas comme l’un de ses ressortissants.

En attente d’expulsion

En 2015, toujours sans papiers, il rejoint l’Allemagne et s’installe à Fribourg tout en se déplaçant fréquemment en Westphalie, dans la région rhénane et ensuite à Berlin, où il s’installe en février 2016. En juillet, les autorités allemandes rejettent sa demande d’asile et attendent de la justice tunisienne une confirmation de sa nationalité pour l’expulser.

Étrangement, cet avis n’est parvenu à Berlin que le 21 décembre, le lendemain de l’attentat sur le marché de Noël.

Fiché par la police allemande

Qualifié d’élément dangereux par Ralf Jaeger, ministre de l’Intérieur allemand, Anis Amri évoluait, selon certain médias, sous huit fausses identités et aurait été en contact avec une cellule de recrutement de l’État Islamique (EI) et des prédicateurs salafistes arrêtés en novembre pour extrémisme. Le jeune Tunisien n’était pas inconnu de la police allemande et avait été mis sous surveillance de mars à septembre 2016. Les services fédéraux le soupçonnaient de préparer un cambriolage pour financer l’achat d’armes automatiques en vue de commettre un attentat.

À Tunis, la famille d’Anis Amri est actuellement interrogée par la Brigade anti-terroriste (BAT).

Un de ses proches a fait remarquer que le terroriste, avant de déconnecter son  profil  Facebook, avait apposé un « j’aime » sur la page d’Ansar al-Charia, groupe de jihadistes tunisiens.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte