Dossier

Cet article est issu du dossier «Dakar, dans tous ses états»

Voir tout le sommaire
Culture

Télévision sénégalaise : Kouthia, serial vanneur

L'émission télévisée le Kouthia show © Youri Lenquette/Pour J.A.

Aminata Touré, la famille Wade et toutes sortes de personnalités passent chaque jour à la moulinette de son one-man-show télévisuel. Les imitations de Kouthia font même rire ses victimes.

Tous les Sénégalais ou presque connaissent cette vidéo. On y voit Kouthia, boubou orange sur les épaules, parodier Aminata Touré, alors Premier ministre. Soudain, le comédien se lance dans une danse frénétique, faite de petits pas rapides, en cercle, inspirée du slogan choc de "Mimi" à l’époque : "Il faut accélérer la cadence."

Diffusé sur Télé Futurs Médias (TFM), début juin, en pleine campagne pour les élections locales, ce sketch a fait un carton. Il n’a en revanche pas évité la défaite de l’ex-chef du gouvernement aux municipales de Grand-Yoff, sa circonscription de Dakar. Sévèrement battue, elle a été limogée de la primature dans la foulée. "Mimi n’a pas tout perdu, tempère Kouthia. Ce numéro a permis d’atténuer son image de dame de fer !"

Animateur vedette de la chaîne du groupe de presse de Youssou Ndour, Futurs Médias, Kouthia est devenu une icône de la télévision sénégalaise. Depuis 2011, il anime le Kouthia Show, une émission quotidienne dans laquelle il passe en revue l’actualité nationale en imitant personnalités – politiques, sportifs, artistes… – ou simples citoyens. Chaque jour, de 18 heures à 19 heures, il enfile ses déguisements, gesticule, danse, moque ses cibles du jour. "Mon objectif est d’informer les gens en les faisant rire", explique-t-il.

"Même les chefs religieux connaissent Kouthia !"

La quarantaine, arborant en permanence un large sourire, Kouthia, de son vrai nom Samba Sine, est un homme de télévision. Il commence sa carrière dans les années 1990 à la Radiodiffusion télévision sénégalaise (RTS), où il tient un rôle dans l’émission Le Petit Théâtre et s’essaye ainsi à ses premières caricatures de célébrités locales. C’est en 2002, sur Walf TV, la chaîne concurrente privée du groupe Walfadjri, que "le concept du show a commencé".

En 2011, il signe chez TFM, propulsant son Kouthia Show parmi les programmes les plus vus du Sénégal. "Tout le monde nous regarde, affirme-t-il fièrement. On est autant suivis ici, au pays, que par la diaspora à l’étranger. Même les chefs religieux connaissent Kouthia !" Épaulé par une équipe d’une vingtaine de personnes (une dizaine de techniciens et autant de chauffeurs de salle), ce Dakarois de naissance se livre tous les jours au même rituel.

Sa journée commence par une revue de presse et l’écoute des journaux à la radio. Une fois l’actualité politique, sportive et culturelle passée au crible, Kouthia rédige les grandes lignes de son numéro puis part au siège de TFM, dans le quartier des Almadies. S’ensuit un long ballet entre son "bureau-loge" et le plateau, où son one-man-show est enregistré dans l’après-midi.

Le filon du moment: le procès de Karim Wade

Plutôt que la vie du président Macky Sall – qu’il considère comme "trop réservé et difficile à parodier" -, son filon du moment est incontestablement le procès de Karim Wade. "Depuis que Macky est au pouvoir, l’actualité ne tourne qu’autour de la famille Wade, explique le comédien. Je passe donc une bonne partie de mon temps à mimer les différents membres du clan." Abdoulaye, Viviane, Karim, Sindiély… Tous passent à la moulinette Kouthia. Et chaque émission se clôture désormais par dix minutes consacrées au fils de l’ex-président, sur fond de décor de fausse prison installé dans un coin du plateau.

Depuis le centre pénitentiaire de Rebeuss, où il est placé en détention provisoire en attendant son jugement par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), Karim Wade a eu écho des performances de Kouthia et l’a invité à lui rendre visite, au mois de mars. Les deux hommes ont discuté pendant une trentaine de minutes. On dit même qu’ils auraient sympathisé, ce qui vaut à l’humoriste des critiques sur sa proximité avec "Karim". "Ce sont des bêtises, répond l’animateur.

Par contre, il m’a promis de passer dans l’émission dès qu’il sortirait de prison pour jouer son propre rôle." Tout en se barbouillant du talc qui lui permet de reproduire le teint clair de Viviane Wade et de ses enfants, Kouthia raconte aussi comment, chaque 14 février, pour la Saint-Valentin, il déclare sa flamme à Sindiély, la fille de l’ancien chef de l’État. "Karim m’a assuré que, quand tout serait fini, il me donnerait sa soeur en mariage !", conclut-il, hilare.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte