Justice

Burkina Faso : bientôt le retour d’Étienne Zongo, ancien aide de camp de Sankara ?

| Par Jeune Afrique
Étienne Zongo, à Brazzaville, en octobre 2012.

Étienne Zongo, à Brazzaville, en octobre 2012. © Baudouin Mouanda, pour J.A.

Réfugié au Congo où il a refait sa vie, Étienne Zongo, l’ancien aide de camp de Thomas Sankara, s’interroge sur l’opportunité de revenir dans son pays. En toute sécurité ?

La chute de Blaise Compaoré fait des heureux chez les proches de Thomas Sankara. Exilée en France depuis 1987, Mariam, la veuve du fondateur du Faso, a annoncé à plusieurs médias son intention de rentrer au pays. Étienne Zongo, qui fut l’aide de camp de celui-ci quatre ans durant, s’y prépare lui aussi, quoique plus discrètement. Exilé au Congo-Brazzaville, il n’est pas retourné depuis des années au Burkina, où personne n’avait plus aucune nouvelle de lui.

>> Lire le reportage : Les Sankara, une famille à recomposer

« Rien ne m’empêche plus de rentrer, dit-il aujourd’hui. Avant, ce n’était pas possible, je sais trop de choses. » Comme Mariam Sankara, Zongo attend cependant pour franchir le pas de voir comment la situation va évoluer sur place. « Certains de ceux qui ont participé à l’assassinat de Sankara sont toujours là », souffle-t-il.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte