Politique

Burkina Faso : rien ne va plus entre Zida et Compaoré

| Par Jeune Afrique
Isaac Zida et Blaise Compaoré.

Isaac Zida et Blaise Compaoré. © AFP/Montage J.A.

Les dernières déclarations faites par le Premier ministre Isaac Zida ont suscité la colère du président déchu Blaise Compaoré.

Isaac Zida, le nouveau Premier ministre, a fait sensation le 27 novembre en annonçant que le Burkina demanderait au Maroc l’extradition de Blaise Compaoré dans l’hypothèse où des poursuites judiciaires seraient engagées contre celui-ci.

Le 31 octobre, au soir de sa fuite en Côte d’Ivoire, le président déchu avait échangé des paroles aimables au téléphone avec le lieutenant-colonel Zida. Mais le lendemain après-midi, le nouvel homme fort du Burkina est allé au devant la foule assemblée place de la Nation, à Ouagadougou, en brandissant le poing et en clamant : "La patrie ou la mort, nous vaincrons !" Comme au beau temps de la révolution sankariste !

En hommage à l’ancien président assassiné, il a même proposé, sous les ovations, de rebaptiser l’endroit "place de la Révolution". Coup de sang de Compaoré, qui, depuis Yamoussoukro, a appelé son ex-subordonné pour le morigéner. Son interlocuteur l’a poliment écouté… puis a changé son numéro de téléphone pour éviter tout contact ultérieur.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte