Sécurité

Allemagne : l’État islamique revendique l’attentat de Berlin

| Par Jeune Afrique avec AFP
Deux femmes se recueillent en hommage aux victimes de l'attentat de Berlin qui a fait 12 morts et une cinquantaine de blessés, le 20 décembre 2016.

Deux femmes se recueillent en hommage aux victimes de l'attentat de Berlin qui a fait 12 morts et une cinquantaine de blessés, le 20 décembre 2016. © Markus Schreiber/AP/SIPA

Le groupe terroriste État islamique (EI) a revendiqué mardi l’attentat au camion-bélier dans un marché de Noël du centre-ville de la capitale allemande, a indiqué Amaq, l’agence de propagande de l’organisation jihadiste. La police allemande est toujours à la recherche de l’auteur de l’attaque qui a fait 12 morts et une cinquantaine de blessés.

« Un soldat de l’EI a commis l’opération de Berlin en réponse aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition internationale » anti-EI, a affirmé l’agence, mardi 20 décembre.

Avant même la revendication du groupe, la chancelière allemande Angela Merkel avait qualifié de « terroriste » l’attaque au camion-bélier qui a fait 12 morts et une cinquantaine de blessés dans un marché de Noël très prisé des Berlinois et des touristes dans le centre-ville de la capitale allemande. Un mode opératoire qui rappelle l’attaque au camion-bélier, elle aussi revendiquée par l’EI, le soir du 14 juillet à Nice, qui a fait 86 morts.

L’auteur de l’attentat toujours recherché

La police allemande est toujours engagée mercredi dans une chasse à l’homme pour retrouver le ou les auteurs des faits, sa principale piste s’étant écroulée plus de vingt-quatre heure après l’attentat.

En effet, les autorités ont dû se résoudre à libérer mardi soir leur seul suspect, faute d’éléments. Ce dernier, un Pakistanais de 23 ans, arrivé en 2015 en Allemagne et connu de la police pour des faits de délinquance, avait été interpellé rapidement après l’attaque. Jugeant que « manifestement » elles tenaient leur homme, les autorités allemandes avaient reconnu mardi que le véritable assaillant était sans doute en fuite.

Les craintes des Berlinois restent grandes et les mesures de sécurité ont été renforcées. Sur les 48 blessés, 14 se trouvaient mardi soir entre la vie et la mort, selon le ministère de l’Intérieur.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte