Justice

Burkina Faso : l’expertise des écoutes de l’affaire Bassolé-Soro a été transmise à la défense

Djibrill Bassolé (à g.) et Guillaume Soro se connaissent depuis longtemps. Ils n'ont pas nié s'être parlé à plusieurs reprises en septembre 2015.

Djibrill Bassolé (à g.) et Guillaume Soro se connaissent depuis longtemps. Ils n'ont pas nié s'être parlé à plusieurs reprises en septembre 2015. © CAMILLE MILLERAND POUR J.A. ; SIA KAMBOU/AFP

Les résultats de l’expertise des conservations téléphoniques supposées entre Guillaume Soro et Djibrill Bassolé pendant le coup d’État manqué de septembre 2015 ont été communiqués jeudi par la justice burkinabè aux avocats de l’ancien ministre des Affaires étrangères. Contacté par Jeune Afrique, Me Antoinette Ouédraogo affirme que l’expert allemand n’a pas réussi à déterminer la source des écoutes.

Saisi début octobre pour analyser les conversations téléphoniques supposées entre Djibrill Bassolé et Guillaume Soro, Hermann Kunzel, expert allemand en investigation acoustique, a rendu ses conclusions le 5 décembre dernier au juge d’instruction, François Yaméogo, chargé de l’enquête sur le coup d’État manqué de septembre 2015.

Ce dernier a communiqué les résultats de l’expertise, mercredi 14 décembre, aux parties concernées en présence notamment de Djibrill Bassolé qui est arrivé tout de blanc vêtu au tribunal militaire, visiblement en forme. L’audition a duré environ trois heures avant que l’ancien ministre des Affaires étrangères de Compaoré ne s’engouffre dans un véhicule militaire pour rejoindre sa cellule à la Maison d’arrêt et de correction des armées.

Alors que la presse a été tenue à l’écart, les avocats de l’intéressé n’ont pas souhaité réagir sur le vif. Mais d’après Me Antoinette Ouédraogo, un des avocats de Bassolé, contactée par Jeune Afrique, l’expert allemand n’a pu authentifier la source des écoutes incriminées que la justice militaire lui a remis sur clé USB.

Une copie sans l’original, admettez que c’est tout de même difficile

« La clé USB qui a été transmise, l’expert n’en connaît pas la source. C’est ce que nous avons toujours soutenu. Une copie sans l’original, admettez que c’est tout de même difficile », a déclaré l’ancien bâtonnier du barreau burkinabè. Et d’ajouter : « L’expert a fait un travail. Mais, les conclusions sont extrêmement techniques. Du peu que j’en sais, l’expert ne répond pas aux vraies questions ».

Incohérences dans les ponctuations

Selon l’ordonnance du juge d’instruction demandant à Hermann Kunzel d’analyser les enregistrements téléphoniques mettant en cause l’ancien ministre, ce dernier devait faire « tous les commentaires quant à leur qualité et leur horodatage » et dire à la justice militaire s’ils « sont authentiques, techniquement intègres et s’ils ne sont pas des montages ou des truquages. Enfin, il devait dire si les enregistrements téléphoniques sont judiciairement exploitables au regard de leur qualité.

Or d’après nos informations, la lecture du document laisse entrevoir des incohérences dans les ponctuations des phrases. « Je ne peux pas vous communiquer les résultats de l’expertise. Nous sommes satisfaits dans une certaine mesure même s’il y a certaines choses à améliorer », a admis Me Dieudonné Bonkoungou, un autre avocat de Bassolé.

Le communiqué de presse des avocats de Djibrill Bassolé réclamant la libération de leur client, daté du 15 décembre :

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte