Immigration

Le nombre de migrants arrivant en Libye via le Niger a diminué de près de 100% en six mois, selon l’UE

Des migrants en train de traverser la Méditerranée appellent à l'aide, le 17 avril 2016.

Des migrants en train de traverser la Méditerranée appellent à l'aide, le 17 avril 2016. © Patrick Bar/AP/SIPA

Le flux de migrants remontant d’Afrique subsaharienne vers la Libye via le Niger a été réduit de près de 100% entre mai et novembre, a indiqué mercredi la Commission européenne, qui a salué la collaboration de Niamey pour ralentir le trafic sur cet axe très emprunté.

« Le nombre de migrants traversant le Sahara via le Niger a enregistré son plus bas niveau en tombant à 1 500 en novembre, contre 70 000 en mai », soit une baisse de 98% s’est félicitée la Commission européenne, mercredi 14 décembre.

À la veille de la visite du président nigérien Mahamadou Issoufou à Bruxelles, le Niger a été présenté comme le bon élève, « la principale ‘success story' » des partenariats conclus entre l’Union européenne (UE) et les pays africains pour tenter de stopper les migrants voulant tenter la périlleuse traversée de la Méditerranée, en passant par la Libye, pour rejoindre l’Europe. Outre le Niger, le Sénégal, le Mali, le Nigeria et l’Éthiopie avaient également signé un contrat avec l’UE.

4 430 migrants renvoyés depuis le Niger

Avec l’appui des autorités nigériennes, on a compté entre mi-juillet et fin octobre 2016 « 102 passeurs renvoyés devant la justice », « 95 véhicules saisis », et « 9 gendarmes arrêtés », soupçonnés d’avoir été corrompus par des trafiquants », a par ailleurs salué l’exécutif européen. Et, avec l’assistance de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), « 4 430 migrants illégaux » ont été renvoyés dans leur pays d’origine depuis le territoire nigérien, a encore détaillé la Commission européenne.

Il nous faut collaborer plus activement avec les pays tiers

La chef de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini doit présenter jeudi aux dirigeants européens réunis en sommet à Bruxelles les fruits de cette coopération. »Il nous faut collaborer plus activement avec les pays tiers », a fait remarquer un diplomate européen. « Mais il ne suffit pas de donner de l’argent à ces pays, le sujet de la migration légale, encore tabou en Europe, viendra tôt ou tard », a observé un autre.

En 2016, plus de 173 000 arrivées de migrants ayant emprunté la Méditerranée via les côtes libyenne ont été enregistrées, dont presque 59 000 de ressortissants du Nigeria, du Niger, d’Éthiopie, du Sénégal et du Mali, selon Bruxelles. Ce passage, depuis le pacte UE-Turquie conclu en mars, est redevenu le plus emprunté, les arrivées de migrants sur le sol européen via les îles grecques ayant drastiquement baissé.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte