BTP & Infrastructures

Sénégal : la cimenterie de Dangote démarre, Vicat s’énerve

Sococim a été racheté par le groupe français Vicat en 1999. © Vicat

Après le démarrage de cimenterie sénégalaise de Dangote, son concurrent français Vicat est déterminé à faire condamner l'État, qu'il accuse d'avoir indûment favorisé le groupe nigérian.

Alors que la cimenterie sénégalaise de Dangote a discrètement démarré, le 10 décembre 2014, son concurrent français Vicat est plus que jamais déterminé à faire condamner l’État, qu’il accuse d’avoir indûment favorisé le groupe nigérian. D’après Boubacar Camara, patron de sa filiale Sococim, les autorités auraient permis à Dangote Cement de passer outre les réglementations locales environnementales et sociales, entraînant une distorsion de la concurrence.

« Les arbitres des deux parties sont désormais désignés, la procédure suit son cours au Cirdi [Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements], à Washington. Le lancement de l’usine rend l’évaluation du préjudice plus facile », estime-t-il. Contacté par Jeune Afrique, le groupe Dangote refuse de commenter cette affaire « qui ne le concerne pas ». Carl Franklin, son porte-parole, soutient que « la production de l’usine sera tournée essentiellement vers l’exportation, surtout vers les pays sahéliens, dont le Mali ».

Pour en savoir plus sur le litige entre Vicat et l’État sénégalais :

Sénégal : Vicat vent debout contre Dangote

Vicat fait intervenir l’Élysée auprès de Macky Sall

Sénégal : Dangote affiche sa confiance

Sénégal : des cimentiers à couteaux tirés

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte