Energie

Pétrole : le Congo-Brazza va augmenter ses capacités

Le pétrole représente 65% du PIB du Congo-Brazza. © Wikimédia commons

Grâce à la mise en service d'un nouveau projet dans le champ pétrolifère de Moho Bilondo, le Congo-Brazza pourrait voir ses capacités passer la barre des 300 000 barils de brut par jour en 2018 et devenir ainsi le troisième producteur en Afrique subsaharienne.

Le Congo-Brazza espère faire passer ses capacités de production de pétrole à au moins 300 000 barils par jour en 2018, À l’heure actuelle, le pays en produit 250 000 quotidiennement, selon l’agence Reuters.

L’annonce en a été faite le jeudi 8 décembre, par le ministre des Hydrocarbures congolais Jean-Marc Thystere-Tchicaya lors d’une conférence de presse donnée à Brazzaville, la capitale.

« Nous espérons que le prix du baril de pétrole va se stabiliser sur le marché et nous permettre d’obtenir un budget correct », a ajouté le ministre. Le PIB du pays dépend à 65% des revenus du pétrole.

Jusqu’à 140 000 barils de plus

Cette hausse sera rendue possible par la mise en service l’an prochain du nouveau projet offshore de Moho Nord, qui doit démarrer son activité en mars ou en avril 2017, selon Jean-Marc Thystere-Tchicaya.

Situé dans le champ pétrolifère de  Moho Bilondo, à 75 kilomètres au large de Pointe-Noire, il pourrait permettre de produire jusqu’à 140 000 barils par jour, selon son opérateur, le français Total, qui détient 53,5% des parts du projet.

Le reste se départage entre l’Américain Chevron, qui en possède 31,5% et l’État congolais qui détient les 15% restants.

Cette hausse de la production doit permettre au Congo-Brazzaville de passer devant la Guinée équatoriale pour devenir le troisième plus gros producteur de pétrole en Afrique subsaharienne.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte