Elections

Gambie : Adama Barrow appelle Yahya Jammeh à céder le pouvoir immédiatement

Adama Barrow pendant la campagne présidentielle gambienne, dans le district de Talinding, le 29 novembre 2016.

Adama Barrow pendant la campagne présidentielle gambienne, dans le district de Talinding, le 29 novembre 2016. © Jerome Delay/AP/SIPA

Le président gambien élu, Adama Barrow, a exhorté lundi Yahya Jammeh à céder le pouvoir sans attendre le recours en justice qu’il veut présenter devant la Cour suprême pour contester sa défaite au scrutin présidentiel du 1er décembre.

« Je pense qu’il devrait démissionner maintenant », a déclaré Adama Barrow lundi 12 décembre. « Il a perdu l’élection, nous ne voulons pas perdre de temps », a-t-il ajouté. Un porte-parole de la coalition de l’opposition, Mai Fatty, a quant à lui affirmé à la presse que tout recours présenté par Yahya Jammeh serait destiné à ignorer les aspirations du peuple et saper le processus de transition.

« Nous ne reconnaissons pas au président sortant le pouvoir constitutionnel, dans les derniers jours de sa présidence, de nommer des juges à la Cour suprême à la seule fin de recevoir son recours », a ajouté Mai Fatty.

La Cour suprême n’étant pas au complet, plusieurs juges devront en effet être nommés avant qu’elle ne puisse statuer. De plus, la saisine de la Cour aurait dû intervenir dans les dix jours suivant la proclamation des résultats, soit au plus tard ce lundi 12 décembre. Mais ce 12 décembre étant férié, ce recours ne devrait être déposé que mardi, selon des juristes.

Jammeh réclame un nouveau vote

Malgré les intenses pressions internationales, Yahya Jammeh a une nouvelle fois surpris son monde en annonçant, via son parti, dans la nuit de samedi 10 à dimanche 11 décembre, qu’il allait contester devant la Cour suprême les résultats de l’élection présidentielle accordant la victoire à Adama Barrow.

Le président sortant, qui avait pourtant reconnu le 2 décembre sa défaite, a réclamé un nouveau vote, dans une déclaration télévisée, vendredi 9 décembre. « Tout comme j’ai loyalement accepté les résultats, en croyant que la Commission électorale était indépendante, honnête et fiable, je les rejette dans leur totalité », a-t-il affirmé.

Yahya Jammeh a pointé une erreur de comptabilisation reconnue par la Commission électorale, ramenant l’écart entre Adama Barrow et lui à quelque 19 000 voix seulement, et fait état d’enquêtes sur l’abstention révélant selon lui que de nombreux électeurs n’ont pas pu voter ou en ont été dissuadés par des informations erronées.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte