Société

États-Unis : le procès du tueur de Charleston Dylann Roof a débuté

La procès de Dylann Roof s’est ouvert ce mercredi. En juin 2015, ce jeune suprématiste blanc avait tué neuf Africains-Américains réunis dans une église noire de Charleston en Caroline du Sud.

Par
Mis à jour le 8 décembre 2016 à 15:18

Devant l’église de Charleston, en juin 2015. © Curtis Compton/AP/SIPA

Arrêté il y a 18 mois, au lendemain de l’une des pires tueries racistes de l’histoire récente des États-Unis, Dylann Roof risque la peine de mort. À ce stade de son jugement, il s’agit pour l’instant pour les magistrats de déterminer si les actes du jeune tueur étaient, ou non, prémédités.

Jay Richardson, le représentant du ministère public, a estimé en ouverture du procès mercredi 7 décembre que l’accusé de 22 ans avait préparé son acte, en visitant à plusieurs reprise la Mother Emanuel African Methodist Episcopal Church de Charleston, avant de passer à l’acte le 17 juin 2015 en y tuant neuf paroissiens, tous Africains-Américains.

Peine de mort

Dylann Roof a renoncé à l’idée d’assurer sa propre défense comme il l’avait un temps suggéré fin novembre. Ses avocats n’ont pas nié sa responsabilité, dans la mesure où le jeune homme est passé aux aveux.

L’enjeu pour la eux sera désormais de lui éviter la peine de mort. Ils ont présenté une requête visant à plaider coupable, si la peine capitale n’était pas requise pour leur client. Requête rejetée par la Cour. Ils ont déclaré à la presse néanmoins espérer montrer la fragilité du jeune suprématiste blanc, qu’ils présentent comme incapable de comprendre la raison pour laquelle il est à présent devant le tribunal Fédéral.

Procès jusqu’en 2017

Le 17 juin 2015, Dylann Roof pénétrait dans l’église méthodiste de Charleston, armé d’un pistolet calibre 45 chargé. Accueilli par le révérend Clementa Pinckney dans le groupe de prière, le jeune suprématiste a attendu 30 minutes avant d’ouvrir le feu sur les fidèles.

Les jurés ont commencé dès ce mercredi à entendre les témoins, parmi lesquels figure une des trois survivantes dont le fils est mort pendant l’attaque.

Le procès du jeune tueur devant la justice fédérale pourrait durer jusqu’à début 2017. L’État de Caroline du Sud le jugera aussi, lors d’un procès distinct.