Justice

Dossier Sarkozy : Ziad Takieddine mis en examen

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 08 décembre 2016 à 11h52
L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, à Paris le 5 octobre 2011.

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, à Paris le 5 octobre 2011. © Remy de la Mauviniere/AP/SIPA

L’homme d’affaires franco-libanais qui mi-novembre a affirmé avoir remis 5 millions d’euros d’argent libyen au camp de Nicolas Sarkozy avant l’élection de ce dernier en 2007, a été mis en examen mercredi à l’issue de son audition au tribunal de grande instance de Paris.

Ziad Takieddine a été mis en examen pour « complicité de corruption, complicité de trafic d’influence actif et passif et pour complicité de détournements de fonds publics en Libye », a expliqué à l’AFP son avocate Elise Arfi, mercredi 6 décembre. L’homme d’affaires franco-libanais, déjà mis en examen dans le dossier Karachi, était entendu dans le cadre de l’enquête, ouverte depuis 2013, sur des soupçons de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007 par le régime de Kadhafi.

Son rôle d’intermédiaire

Dans un entretien accordé au site d’information Mediapart le 15 novembre, Ziad Takieddine avait assuré avoir transporté fin 2006 – début 2007 entre la Libye et la France trois valises contenant cinq millions d’euros en espèces, à la demande de l’ex-chef des services secrets libyens, Abdallah Senoussi. Ces fonds, il les aurait remis une fois à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et candidat, et les deux autres fois à son directeur de cabinet de l’époque, Claude Guéant.

« Il s’agissait de rémunérer la formation d’agents libyens (du renseignement) en France (…) C’est comme cela qu’on me l’a présenté », a assuré à l’AFP Ziad Takieddine qui, avant la chute de Kadhafi, apparaissait comme un acteur du rapprochement franco-libyen. Selon son avocate, le juge d’instruction considère que l’homme d’affaires franco-libanais ne pouvait ignorer à cette époque qu’il y avait un but de financement politique derrière la remise de ces espèces.

Ziad Takieddine a indiqué à l’AFP qu’il contesterait son inculpation, qui va dissuader d’autres protagonistes de témoigner.

 

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte