Télécoms

Senditoo lève plus de 300 000 euros dans les transferts de recharges téléphoniques de l’Europe vers l’Afrique

Ibrahima Soumano © DR

Deux mois après le lancement de sa nouvelle plateforme universelle de recharges téléphoniques, la start-up Senditoo, enregistrée au Royaume-Uni, vient de lever 310 000 euros pour porter son expansion.

Le tour de table, bouclé en deux semaines, rassemble entre autres Eldon Capital, à hauteur de 140 000 euros. Ce fonds d’investissement a été créé par l’Allemand Jan Petzel, titulaire d’un MBA d’Harvard et qui a quitté Goldman Sachs, où il était directeur général, pour créer son propre fonds afin d’investir notamment dans les télécoms en Afrique.

Maxime Dupont, « growth hacker », entre de son côté au capital de Senditoo avec un ticket de 60 000 euros. Le reste des fonds provient entre autres d’Ibrahima Sall, le trader guinéen de la Société Générale, et de Burhan Osman, trader chez Mercuria.

Senditoo a été fondée par le tech-entrepreneur guinéen Ibrahima Soumano et compte aussi comme actionnaires le Zimbabwéen Takwana Tyaranini et les Français Romain Girbal, Thibault Launay et Célia Grémy. Ces trois derniers sont également actionnaires du site de petites annonces africaines, Afrimalin, enregistré en Guinée, plateforme sur laquelle Senditoo compte d’ailleurs s’appuyer pour son déploiement. Romain Girbal et Thibault Launay pilotent en outre la junior Alliance Minière Responsable (AMR), active dans l’exploration de bauxite en Guinée.

Diaspora connectée

Les fonds levés serviront entre autres au développement d’une application mobile de Senditoo. Le Britannique Barry McWilliams, ancien directeur général de Verizon et de BT, fraîchement nommé PDG de Senditoo à Londres, va se charger notamment d’établir des partenariats stratégiques avec l’Afrique.

Senditoo est en outre d’ores et déjà en discussion avec Afrostream, le Netflix africain, pour mettre en place un partenariat afin d’élargir sa base d’utilisateurs auprès des diasporas africaines francophones. Le site Senditoo est directement connecté à plus de 400 opérateurs téléphoniques dans le monde. Il permet d’envoyer instantanément du crédit téléphonique sur n’importe quel mobile dans plus de 140 pays, entre autres en Afrique.

Les diasporas, leurs appels et leurs connexions Internet sont au cœur de la cible de la start-up. Les crédits téléphoniques peuvent également être transformés en mobile money. La Banque mondiale estime que les ménages des économies en développement consacrent entre 4 et 6% de leurs revenus aux dépenses en communication. Le marché du transfert de crédits téléphoniques est évalué à 3 milliards de dollars avec une croissance annuelle comprise entre 15 et 20%.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte