Justice

Tunisie : des milliers d’avocats manifestent contre le projet de budget 2017

Près de 200 avocats ont manifesté le 23 novembre 2016 devant le Parlement à Tunis pour protester contre le projet de budget 2017.

Près de 200 avocats ont manifesté le 23 novembre 2016 devant le Parlement à Tunis pour protester contre le projet de budget 2017. © Capture d'écran/AFP/Youtube

Plus de 2 000 avocats ont manifesté mardi à Tunis contre les nouvelles dispositions fiscales qui leur ont été imposées dans le projet de budget 2017, actuellement examiné par le Parlement.

« Avec notre âme, avec notre sang nous défendrons le métier d’avocat », ont crié les manifestants en robe noire devant le siège du gouvernement à la Kasbah, dans le centre de Tunis, après une marche silencieuse de quelques centaines de mètres.

« Les avocats sont en colère! », « Nous n’allons pas financer votre corruption », pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les protestataires, dont beaucoup jugent les nouvelles mesures « injustes » et « inapplicables ». En cause, des taxes imposées pour chaque dossier traité, pouvant être déduites de l’impôt sur le revenu et prévues dans le projet de loi de finances 2017.

Un mouvement qui divise

Cette nouvelle mesure « porte atteinte (…) à la liberté et à l’indépendance » des avocats, a dit à l’AFP Lotfi Arbi, président de la section Tunis de l’Ordre national des avocats, qui a lancé une grève ouverte lundi.

Ce mouvement ne fait toutefois pas l’unanimité, et sur les réseaux sociaux comme dans certains médias, les protestations des avocats ont été considérées comme une volonté de bénéficier d’un traitement spécial.

Pour l’avocate et députée Bochra Belhaj Hmida, cette pression des avocats « crée un sentiment de frustration auprès de tous les gens dont les impôts sont prélevés à la source ». « Nous sommes des défenseurs de la veuve et de l’orphelin mais aujourd’hui, nous sommes en train de donner l’impression que nous sommes les défenseurs de nos propres intérêts », a-t-elle dit à l’AFP.

La moitié des avocats ne déclarent pas leurs revenus, selon la ministre des Finances

« Sur un total de 8 000 avocats tunisiens, seuls 4 000 d’entre eux déclarent leurs revenus », a fait savoir le 1er décembre la ministre des Finances, Lamia Zribi, lors d’une réunion consacrée à l’examen des articles litigieux du projet de la loi de finances 2017. Une déclaration qui a provoqué la colère des avocats, dont une grande partie appelle à la démission de la ministre.

Entré en fonctions fin août après que son prédécesseur a été jugé en échec sur l’économie, le gouvernement d’union est confronté à de vives réticences sur son projet de budget 2017. Parmi les mesures décriées figurent la fiscalité mais aussi un gel des salaires d’un an dans la fonction publique.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte