Société

États-Unis : le procès du policier accusé d’avoir tué l’Africain-Américain Walter Scott est annulé

Le procès de Michael Slager, le policier accusé d’avoir abattu l’Africain-Américain Walter Scott de cinq balles dans le dos le 4 avril 2015 en Caroline du Sud, a été annulé a-t-on appris ce lundi. Les douze jurés n’ont pas réussi à s’accorder sur sa culpabilité. Le policier sera de nouveau jugé, par un autre jury.

Par
Mis à jour le 6 décembre 2016 à 11:02

Un homme présent à présent à une manifestation Black Lives Matter, à Dallas le 10 juillet 2016. © Jae S. Lee/AP/SIPA

« Je déclare l’annulation de ce procès », a déclaré Clifton Newman, le magistrat qui présidait l’audience à Charleston, en Caroline du Sud (sud-est) ce lundi 5 décembre.

Il a également remercié les douze jurés − onze Blancs et un Noir − qui, malgré de longues heures de délibération n’ont pas réussi à s’accorder sur le verdict.

En Caroline du Sud, les procès d’assises exigent que les jurés parviennent à un consensus, sans quoi le procès est annulé et l’accusé est rejugé ultérieurement par un autre jury.

Il encourait 30 ans de prison

Michael Slager, ancien officier blanc de 34 ans, encourait jusqu’à trente ans de prison pour le meurtre de Walter Scott, 50 ans, tué par balle alors qu’il tentait de fuir un contrôle routier.

Sa mort avait été révélée par une vidéo amateur dans laquelle on voit le policier tirer huit fois dans le dos de Walter Scott, puis s’avancer calmement vers lui, avant de lui passer les menottes.

Lors des débats, l’accusé a assuré avoir agi sous le coup de la peur suscitée par une éventuelle confrontation avec Walter Scott. De son côté, l’accusation lui a reproché d’avoir tenté de mettre en scène un scénario, faisant croire qu’il avait agi en légitime défense.

Michael Slager avait été arrêté et inculpé pour meurtre trois jours après son acte, puis renvoyé des forces de l’ordre, une sanction extrêmement rare aux États-Unis. S’inscrivant dans une série de faits impliquant des policiers américains ayant fait un usage abusif de la force contre des Noirs, la mort de Walter Scott avait provoqué des manifestations, parfois violentes, dans tous les Etats-Unis.