Politique

L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. L’ancien bastion de Mouammar Kaddafi était contrôlé depuis plus d’un an et demi par les jihadistes du groupe terroriste État islamique.

Par
Mis à jour le 5 décembre 2016 à 15:45

En Libye, la ville de Syrte en ruines, alors que les combattants de l’État islamique y sont encerclés par les forces anti-jihadistes en juin 2016. © Manu Brabo/AP/SIPA

Les forces libyennes du gouvernement d’union nationale (GNA) ont annoncé lundi 5 décembre, via leur porte-parole Reda Issa, avoir repris le contrôle total de la ville de Syrte, occupée par le groupe terroriste État islamique. « Nos forces ont constaté aujourd’hui un effondrement total des djihadistes, et des dizaines d’entre eux se sont déjà livrés à nos forces », a précisé M. Issa.

Cette victoire, pressentie depuis plusieurs semaines, intervient après six mois d’offensive. Lancée le 12 mai dernier, la campagne pour reprendre Syrte, ancien fief de Moummar Khadafi situé à 450 km à l’est de Tripoli, s’est longtemps heurtée à la résistance des djihadistes retranchés dans cette zone portuaire.

Nouveau revers pour l’EI

La perte de Syrte est un nouveau revers pour l’État islamique, déjà acculé dans ses fiefs de Mossoul en Irak et de Raqqa en Syrie. Elle intervient plus d’un an et demi après la prise de la ville par les jihadistes qui en avait fait leur bastion en Libye. L’EI avait alors profité du chaos ambiant qui a suivi la chute de Moummar Khadafi en 2011 pour s’implanter dans le pays.

Les combats ont fait plus de 700 morts et 3000 blessés dans les rangs des forces loyalistes du GNA. Le bilan du camp djihadiste n’est pas connu.