Politique

« C’est une nouvelle Gambie », se réjouit Adama Barrow après sa victoire sur Yahya Jammeh

Adama Barrow pendant la campagne présidentielle gambienne, dans le district de Talinding, le 29 novembre 2016.

Adama Barrow pendant la campagne présidentielle gambienne, dans le district de Talinding, le 29 novembre 2016. © Jerome Delay/AP/SIPA

Adama Barrow, candidat d’une coalition de l’opposition déclaré vendredi 2 décembre vainqueur de la présidentielle dans son pays, a salué « une nouvelle Gambie », se disant confiant dans l’attente de la réaction officielle de Yahya Jammeh, battu après 22 ans au pouvoir. Toutefois, le président sortant n’a pas encore réagi à sa défaite.

« Le message pour les populations gambiennes : il est temps de se mettre au travail. C’est une nouvelle Gambie, une nouvelle attitude, pour le changement et le développement de notre pays », a assuré Adama Barrow dans un entretien accordé à l’AFP à Kololi, près de Banjul, le premier avec la presse depuis l’annonce de sa victoire. « Il y a de l’espoir », a-t-il ajouté. 

Alors que beaucoup en Gambie et à l’étranger redoutaient d’éventuels débordements de partisans ou de l’entourage de Yahya Jammeh – dont la réaction était toujours attendue vendredi soir – Adama Barrow s’est déclaré confiant.

La réaction de Jammeh toujours attendue

Toutefois, vendredi soir, Jammeh lui-même ne s’était toujours pas publiquement prononcé sur le sujet. Pour rappel, Jammeh, à la tête de la Gambie depuis 22 ans n’a recueilli que 36,6% des voix face à Barrow, crédité de 45,5%, selon les résultats de la commission électorale indépendante, annoncés à la mi-journée.

« Le pouvoir appartient au peuple. Donc, c’est le peuple, pas le président qui décide, les Gambiens ont décidé, nous respectons cette décision », a encore déclaré M. Barrow.

« Il y a de l’espoir, parce que j’ai une très bonne équipe, qui est très expérimentée, très instruite, il y a donc un espoir pour la Gambie. Je pense que nous allons grandement changer les choses », a-t-il assuré.

Adama Barrow, 51 ans, homme d’affaires et patron d’une agence immobilière, était peu connu du grand public jusqu’à ce qu’une large coalition de l’opposition le désigne comme candidat à la présidentielle. Il était l’un des trois prétendants à la tête de la Gambie, avec Yahya Jammeh et un ancien cadre du parti de Jammeh, Mama Kandeh.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte