Culture

Le Nigérian Wole Soyinka, Nobel de littérature, déchire sa carte verte après l’élection de Trump

Wole Soyinka, prix Nobel de littérature, le 2 octobre 2013 à l'université d'Harvard. © Steven Senne/AP/SIPA

En réaction à l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche, l'écrivain nigérian et prix Nobel de littérature Wole Soyinka a annoncé jeudi 1er décembre avoir déchiré sa "carte verte", c'est-à-dire son permis de résidence aux États-Unis.

« Je l’ai déjà fait. (…) J’ai fait ce que j’ai dit que je ferai », a déclaré l’écrivain à l’AFP à Johannesburg, en marge d’une conférence sur l’éducation.

« Ça me faisait horreur de penser à ce qui allait se passer avec Trump » à la Maison-Blanche, a ajouté Wole Soyinka, 82 ans, qui avait déjà fait part de son hostilité au milliardaire, notamment en raison des positions de ce dernier sur l’immigration.

Réinstallation permanente au Nigeria

Wole Soyinka, qui dans les années 60 avait passé 22 mois en prison pendant la guerre civile au Nigeria, est l’auteur d’une soixantaine de romans, pièces de théâtre et poèmes. En 1986, il était devenu le premier africain à obtenir le prix Nobel de littérature.

Mondialement reconnu et jouissant d’une forte autorité morale, Wole Soyinka enseignait dans des universités américaines. « Quand j’ai fini (mes cours), j’ai jeté la carte et je me suis réinstallé » de façon permanente au Nigeria, a-t-il poursuivi, sans pour autant vouloir « décourager les Nigérians ou quiconque » de postuler pour une carte verte.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte