Politique

Cisjordanie : un ministre de l’Autorité palestinienne meurt dans des heurts avec des soldats israéliens

Ziad Abou Eïn pendant les heurts avec l'armée israélienne, le 10 décembre, près de Ramallah.

Ziad Abou Eïn pendant les heurts avec l'armée israélienne, le 10 décembre, près de Ramallah. © DR

Il manifestait pacifiquement contre les confiscations de terres, près de Ramallah, en Cisjordanie. Victime, selon un de ses collaborateurs, d’un coup de crosse porté par un soldat israélien, Ziad Abou Eïn, ministre de l’Autorité palestinienne en charge du dossier de la colonisation, est décédé mercredi à l’âge de 55 ans.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a décrété trois jours de deuil, annoncé une enquête et dénoncé "un acte barbare qui ne peut être ni accepté ni toléré". Mercredi, Ziad Abou Eïn, ministre palestinien en charge du dossier de la colonisation et ancien vice-ministre en charge des prisonniers, participait à une manifestation pacifique de quelque 300 personnes en Cisjordanie, près de Ramallah, contre les confiscations de terres quand des heurts ont éclaté avec des militaires israéliens.

Alors que les protestataires marchaient du village palestinien de Turmus Ayya vers la colonie d’Adei Ad avec l’intention de planter des oliviers, des soldats israéliens leur ont barré la route et ont commencé à tirer des gaz lacrymogènes mais ils ont continué à avancer. Trois soldats ont repoussé brutalement Ziad Abou Eïn à hauteur de la poitrine et en l’empoignant au col et à la gorge. Cinq minutes après, il s’est affaissé dans l’herbe en se tenant la poitrine. Une soldate israélienne a tenté de lui apporter les premiers secours avant qu’il ne soit emmené à l’hôpital, où il a succombé, peut-être d’une crise cardiaque. Il était âgé de 55 ans.

Réaction du Hamas

Ahmed Bitawi, le directeur de l’hôpital de Ramallah, a fait état de coups portés au torse. Kamal Abou Safaka, un collaborateur de Ziad Abou Eïn, a quant à lui affirmé que ce dernier avait reçu un coup de crosse. Interrogée, l’armée israélienne a dit recueillir des informations sur les faits.

Après la mort du responsable palestinien, le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle de facto la bande de Gaza, a appelé l’Autorité palestinienne à stopper toute coopération sécuritaire avec Israël – ce que cette dernière a annoncé peu après. "Le moment est venu de rassembler nos forces face à l’occupation criminelle sioniste et de cesser toute coordination sécuritaire avec l’occupant", a fait savoir le Hamas dans un communiqué.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte