Politique

Jean-Pierre Mignard et Jean-Paul Benoit, les JP de la CPI

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies… Quelles que soient la complexité des dossiers ou la réputation de leurs puissants clients, les plus grands ténors français se pressent sur le continent pour les défendre.

Par
Mis à jour le 26 décembre 2014 à 15:51

Jean-Pierre Mignard et Jean-Paul Benoît. © François Nascimbeni/AFP ; DR

Proche de François Hollande, Jean-Pierre Mignard (à gauche), 63 ans, a conseillé plusieurs États africains (Djibouti, Cameroun, Tchad, Bénin) à l’occasion de conflits frontaliers, mais aussi de négociations de concessions pétrolières.

Il défend aujourd’hui l’État ivoirien aux côtés de Jean-Paul Benoit. Ces deux anciens avocats d’Alassane Ouattara sont en première ligne dans les dossiers de la Cour pénale internationale. Me Benoit est un ancien haut fonctionnaire et député européen. Il est devenu avocat après avoir pris sa retraite et s’est spécialisé sur l’Afrique grâce aux réseaux développés lors de ses passages dans les ministères.

Aujourd’hui, il plaide pour Marafa Hamidou Yaya, ancien ministre d’État camerounais emprisonné depuis deux ans à Yaoundé, ainsi que pour le Gabonais Louis Gaston Mayila, ancien ministre et président du Conseil économique et social, mis en cause dans une affaire de fausse monnaie. En septembre, c’est aussi lui qui défendait, en France, l’ex-compagne du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, accusée de "traite d’êtres humains".

156px;" />