Politique

Centrafrique : 28 morts dans des affrontements à Mbrès

Mis à jour le 18 décembre 2014 à 10:49

De violents affrontements sont en cours depuis mardi entre des éléments anti-balaka et ex-Séléka. 28 personnes sont mortes à Mbrès, une ville située à 300 km au nord de Bangui.

La situation restait tendue jeudi 18 décembre à Mbrès (Nord), non loin de Kaga-Bandoro. Les anti-balaka se sont retranchés dans les hauteurs et dans les grottes de la localité, tandis que les ex-rebelles Séléka contrôlent le centre et y dictent leur loi selon un responsable de la gendarmerie.

Que s’est-il passé à Mbrès ?

"De violents affrontements ont éclaté mardi dans le centre de Mbrés entre des éléments anti-balaka et ex-Séléka", a expliqué cette même source. "On dénombre déjà au moins 28 morts et plusieurs dizaines de blessés d’après un bilan provisoire de la Croix-Rouge locale", a-t-il ajouté. Parmi les victimes figure un volontaire de la Croix-Rouge centrafricaine. La mort d’un habitant d’un village voisin tué par des hommes de la Séléka serait à l’origine des affrontements.

Voir aussi: >> Carte: pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

Selon la même source, les affrontements se sont poursuivis mercredi, faisant fuir des centaines d’habitants terrorisés dans la brousse. Des éléments de la Séléka stationnés à Kaga-Bandoro sont arrivés en renfort.

Tentative ratée de réconciliation

Cette flambée de violence meurtrière est intervenue quelques jours après une cérémonie de réconciliation entre les deux camps, organisée dans la ville sous l’égide de la force de l’ONU (Minusca). "Le 13 décembre dans la sous-préfecture de Mbrés, une cérémonie de réconciliation organisée par la Minusca entre les Séléka et les anti-balaka a eu lieu pour promouvoir la fin des hostilités et entamer des relations pacifiques", a indiqué une source des forces internationales.

La cérémonie avait redonné espoir à la population. Certains habitants qui avaient quitté la ville de crainte de violences y étaient revenus à cette occasion.

La région de Mbrés a déjà été le théâtre d’attaques des deux groupes armés dans les mois précédents. Les autorités administratives de Mbrés ont depuis quitté la localité et se trouvent pour la plupart à Bangui, attendant une normalisation de la situation.

(Avec AFP)